Pavlova vegan aux fruits et chantilly de coco…

DSC_0248.JPG

La peur est une émotion généralement ressentie en présence d’un danger ou d’une menace.

Parfois, il arrive qu’elle s’installe et finisse par devenir une réponse réflexe, la seule que notre mental puisse proposer, orientant ainsi chacune des grandes comme des petites décisions de notre vie vers la non-action, le recul, le repli sur soi.

Peur de souffrir, peur de l’inconnu, de l’inconfort, de l’échec, du ridicule, peur de ne pas être à la hauteur…

Peur de faire un choix.

Peur de faire le choix.

Mais « ne pas choisir c’est encore choisir  » (Jean-Paul Sartre)

C’est passer toute sa vie à l’arrêt, ne pas suivre la cadence, rester en retrait, regarder le train passer derrière sa fenêtre, et se dire que l’on aurait pu faire partie du voyage.

Rêver aux mille merveilles que l’on aurait pu traverser, aux rencontres, aux parfums, enivrants, aux saveurs sucrées.

Mais pour cela encore aurait-il fallu composter son billet, désamorcer la routine mentale, empêcher la peur d’investir tout l’espace.

Déplacer en douceur les contours, puis les frontières de sa zone de confort.

Déraciner les ronces, couper les herbes irritantes, celles qui provoquent des réactions épidermiques de rejet et freinent l’avancée.

Se positionner en premier fan de soi, premier supporter, premier coach.

Car au fond de quoi avons-nous réellement peur?

D’un scénario monté de toutes pièces par notre mental?

Et si ailleurs, au delà de nos ruminations, il existait un espace d’être? Un lieu où l’on pourrait agréablement évoluer, en toute sécurité, un endroit qui nous permette de changer le cours de notre vie, d’aller vers de nouvelles expériences enrichissantes et bienfaisantes?

Et si le seul moyen pour avancer vers l’extra-ordinaire était justement de dépasser sa peur?

Cesser de la nourrir, la laisser tomber au sol inanimée, pour la voir enfin s’évanouir.

Marcher alors sur ses contours, comme on enjambe une branche de bois mort.

Démêler la pelote et remonter à l’origine.

Peur animale, désir de fuite, histoire personnelle, instinct de survie, ou juste inconfort, doute, mal être ?

La peur est un pur produit de l’esprit. Elle nous projette le film de ce qui n’existe pas, en nous enfermant à double tour dans notre imaginaire.

Elle nous cloisonne du monde et de l’éveil et s’ancrer dans la réalité est le seul moyen de lui barrer la route.

Oser dépasser les symptômes et s’installer malgré tout dans l’inconfort.

Accepter que toutes ces étapes de doute et d’incertitude soient le passage obligé, vers la destination finale, le mieux, le bon, le juste, le vrai.

Prendre les décisions, même celles qui nous paralysent, celles que l’on met parfois toute une vie à éviter, mais qui finissent tôt ou tard par nous rattraper.

Car au final, cette aventure un peu folle, faite de peurs à surmonter, de défis à pulvériser, n’est-ce pas cela que l’on appelle la vie?

« Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, Essayez la routine… Elle est mortelle ! »Paulo Coelho

Et bien sûr, il ne faut pas se mentir pendant un temps ce sera tout ça, difficile, nouveau, incertain, inconfortable, douloureux, déstabilisant, mais par quel autre chemin  pourrait-on atteindre ses rêves?

Ces petites victoires sur nous -mêmes, ces mini-everest nous font grandir, ressentir la vie couler dans nos veines, atteindre des sommets de bonheur.

« Le bonheur est parfois caché dans l’inconnu. » Victor Hugo.

Et prendre des risques en cuisine, ça veut dire aussi s’écarter des sentiers battus, envisager un ingrédient sous un autre angle.

Le défi est lancé, réaliser une meringue sans oeufs.

A première vue, impossible, mais en dépassant ses préjugés, ses peurs et ses doutes, on se rend très vite à l’évidence, il existe un autre chemin.

Il passe par l’aquafaba, cette  « eau de haricots » qui est en fait du jus de pois chiche, alternative « green » au blanc d’œuf. Une fois fouetté avec du sucre, ce jus se transforme comme par magie, il blanchit, grandit pour donner une texture veloutée, douce et ouatée proche des blancs en neige.

DSC_0361.JPG

L’intérêt de cette découverte culinaire repose sur l’absence de produit animal, c’est évident, mais aussi et surtout l’envie d’explorer de nouvelles techniques culinaires totalement végétales, de proposer une offre intéressante aux personnes allergiques, bref de se prouver qu’il existe toujours un plan B au-delà des certitudes 😉

D’un point de vue nutritionnel, on en sait peu sur l’aquafaba, si ce n’est qu’il est très peu calorique et qu’il contient des traces de protéines.

Et puis c’est un concept éco-responsable puisque vous pourrez recycler les pois chiches en préparant un délicieux houmous la recette est par ici :

https://healthyandcrunchy.com/2018/03/28/houmous-sur-crackers-a-la-pulpe-de-carottes-et-graines/

Prêts à tenter l’aventure aquafaba ? Alors go, go, go 😉

Ce qu’il me faut :

DSC_0349.jpg

Pour la meringue :

  • 130 g de jus de pois chiches
  • 120 g de sucre glace
  • 1 c. à café d’arrow root (ou fécule de maïs)
  • 1 jus de citron
Pour la chantilly de noix de coco
  • 1 brique de crème de coco 
  • 2 cs de sirop d’agave 
  • 1/2 c. à café de poudre de vanille
Garniture
  • les fruits frais de votre choix
C’est parti !
DSC_0350.JPG
  • Versez le jus de pois-chiches dans le batteur avec un tiers du sucre et battez jusqu’à obtenir une meringue légèrement montée. Incorporez alors tout le reste du sucre, la cuillère d’arrow root (magasins bio) et le jus de citron. Soyez patients l’aquafaba demande un peu plus de temps pour monter en neige que le blanc d’oeufs.

DSC_0366.JPG

  • Lorsque la meringue sera brillante et lisse, dressez là sur un plat allant au four revêtu d’un papier sulfurisé. N’oubliez pas de creuser le centre pour pouvoir y déposer ensuite la crème et les fruits.

DSC_0369.JPG

  • Mettez à cuire à 110°C au four pendant 1H30 environ.
  • Pendant ce temps montez la crème de coco au batteur après avoir pris soin de la réfrigérer un jour avant. N’utilisez que la partie solide et gardez le liquide pour un pudding de chia par exemple 😉

DSC_0385.JPG

  • Il ne vous reste plus qu’à dresser la pavlova en mettant la chantilly de coco au centre, puis les fruits par dessus.

DSC_0378.jpg

N’hésitez pas à napper le tout généreusement avec du coulis de fruits rouges 😉

DSC_0236.JPG

La meringue reste croquante à l’extérieur et fondante à l’intérieur.

On parie que désormais vous ne regarderez plus votre bocal de pois chiches de la même manière?

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s