Salade folle, quinoa-pois, radis noir et carottes colorées…

IMG_5943.jpg

L’avantage avec une salade c’est que l’on peut en faire tout un plat. De bons ingrédients, bio, savoureux et naturels, peuvent élever un simple rassemblement de petits légumes au rang d’assiette plutôt bien montée sur laquelle on a plaisir à se retourner…

L’idée de mélanger du cru du cuit, des couleurs, des saveurs, des textures, conduit tout naturellement à cette petite assiette vegan, nourrissante et lumineuse.

Tailler, mixer, disposer, faire cohabiter céréales et véggies, tout cela dans une farandole so chic, au fini soigné et bien ordonné, ne laisse pas indifférent, non?

Les vedettes du jour sont les pois.

IMG_5915.jpg

Celui que l’on nomme « gourmand » tout d’abord, riche en fibres solubles et en protéines. Très peu calorique, il apporte de bonnes quantités de vitamines C et K, des minéraux (potassium, magnésium, manganèse, cuivre, phosphore, zinc et fer), ainsi que de la lutéine et zéaxantine, deux antioxydants de la famille des caroténoïdes qui prennent soin de nos yeux. Que celles qui s’inquiètent déjà de la corvée « écossage » se rassurent tout de suite : il n’y en a pas,  rien à faire, juste le rincer.

Pas le même discours pour le « petit » (pois) qui, lui, nécessite qu’on vienne doucement le déloger de sa gousse, comme un trésor endormi…Mais ce geste juste et répété, loin d’être une besogne ingrate, agit comme un mantra. Il canalise notre mental discursif, pour le mettre en mode « off » l’espace de quelques minutes, et fait qu’un petit mouvement banal et présumé fastidieux, devienne sans que l’on y prenne garde une douce thérapie.

Et pour peu que l’on partage ce petit geste insignifiant avec quelqu’un, que le verbe se pose alors précisément sur le geste et la tâche n’est plus que bonheur…Le même qu’évoque Philippe Delerm, dans son livre « Trente-quatre plaisirs minuscules du quotidien » :

« On peut s’asseoir à la table familiale et d’emblée trouver pour l’écossage ce rythme nonchalant, pacifiant, qui semble suscité par un métronome intérieur.

C’est facile, d’écosser les petits pois. Une pression du pouce sur la fente de la gousse et elle s’ouvre, docile, offerte. Quelques-unes, moins mûres, sont plus réticentes – une incision de l’ongle de l’index permet alors de déchirer le vert, et de sentir la mouillure et la chair dense, juste sous la peau faussement parcheminée. Après, on fait glisser les boules d’un seul doigt.

 

La dernière est si minuscule. Parfois, on a envie de la croquer. Ce n’est pas bon, un peu amer, mais frais comme la cuisine de onze heures, cuisine de l’eau froide, des légumes épluchés – tout près, contre l’évier, quelques carottes nues brillent sur un torchon, finissent de sécher.

L’écossage des petits pois n’est pas conçu pour expliquer, mais pour suivre le cours, à léger contretemps. Il y en aurait pour cinq minutes, mais c’est bien de prolonger, d’alentir le matin, gousse à gousse, manches retroussées. On passe les mains dans les boules écossées qui remplissent le saladier.

C’est doux ; toutes ces rondeurs contiguës font comme une eau vert tendre, et l’on s’étonne de ne pas avoir les mains mouillées. Un long silence de bien-être… »

Côté bienfaits, le petit pois, présente, par ailleurs, des taux élevés de provitamines A utile pour la vision, et la beauté de la peau, ainsi que de la vitamine K pour lutter contre l’ostéoporose. Il renferme également des vitamines E, A, B, et un peu de vitamine C.

Il apporte de petites quantités de lutéine et de zéaxanthine, deux composés antioxydants de la famille des caroténoïdes qui jouent un rôle protecteur sur la santé et travaillent en tant qu’antioxydant dans notre organisme pour réduire les dégâts causés par les radicaux libres.

Mais ce n’est pas tout, ce légume fait aussi la part belle aux minéraux : potassium, phosphore, magnésium, calcium, fer, ainsi qu’aux oligo-éléments : zinc, cuivre, manganèse, sélénium, fluor…
Ses fibres sont abondantes, et leur proportion évolue au fur et à mesure du processus de mûrissement.

Sa texture se prête aussi, très volontiers aux purées et veloutés…

Associer les pois au quinoa, est un pari peu risqué, qui permet de mêler saveurs et bienfaits. Outre les nombreuses vitamines et minéraux que renferme ce petit grain sacré,  des milliers d’éléments nutritifs sains sont également à l’honneur, tels que les flavonoides, des antioxydants de plantes capables d’avoir toutes sortes d’effets bénéfiques sur la santé. Parmi eux la quercétine et le kaempférol, aux propriétés anti-inflammatoires, antivirales, anti-cancéreuses et aux effets antidépresseurs.

C’est pile poile ce que l’on recherchait pour envisager la rentrée en mode « happy », non?

Ce qu’il me faut pour 4 petites assiettes :

IMG_5911.jpg

Pour la crème de petits pois :

Pour la salade :

  • 3 cs de quinoa cuit
  • 1 tasse de poids gourmands
  • 1 poireau
  • 1/2 radis noir
  • 1 carotte jaune et 1 violette
  • 10 amandes avec la peau ayant trempé 2h minimum

Pour la vinaigrette :

  • 1 cs d’huile de sésame
  • 1 cs d’huile de lin
  • 1 cm de gingembre râpé
  • sel, poivre

C’est parti !

La crème de petits pois menthe :

Je commence par cuire les petits pois dans le fond de légume vingt minutes environ, et je mixe après avoir ajouté la crème de coco, et les feuilles de menthe soigneusement lavées.

IMG_5921.jpg

Ensuite je passe le tout au tamis pour éliminer les peaux qui entourent les petits pois et qui incommodent le palais.

IMG_5922.jpg

Je mets ma jolie crème verte à refroidir.

Puis je réalise la salade :

Je commence par cuire les pois gourmands avec le poireau émincé, à l’eau bouillante,  entre 4 et 7 minutes maximum, ils doivent rester croquants, puis je les verse dans un saladier contenant des glaçons afin de figer leur belle couleur.

Que le green leur monte aux joues 😉

IMG_5917.jpg

Je taille ensuite les crudités (carottes et radis noir) au spiralizer afin d’obtenir de jolis spaghettis végétaux .

IMG_5918.jpg

Pour la cuisson du quinoa vous savez faire, n’oubliez pas de le rincer abondamment puis verser dans une casserole et ajouter 1,5 à 2 fois son volume d’eau, selon que vous le vouliez « al dente » ou bien cuit. Portez à ébullition, baissez le feu et laissez cuire 10 minutes. Ôtez du feu et laisser gonfler 5 minutes.

J’assemble ensuite quinoa, poids gourmands, amandes épluchées et taillées grossièrement, je verse la vinaigrette composée des différentes huiles, et du gingembre râpé. Je dresse tout ça joliment sur une assiette à l’aide d’un emporte pièce en prenant soin de tapisser le fond, de crème de petits pois, puis la salade quinoa pois gourmands, et enfin les spaghettis de crudités.

IMG_5960.JPG

Et voilà, il n’y a plus qu’à déguster…Ce plat se suffit à lui-même mais il peut aussi bien  accompagner un filet de poisson vapeur, ou un blanc de dinde, selon les goûts…

IMG_5965IMG_5950.jpg

Encore un petit plat d’une extrême simplicité qui prend tout son envol grâce à ses qualités nutritives, gustatives, et visuelles.

IMG_5970.jpg

Il est plus facile de disposer la crème de petits pois directement dans une poche à douille, vous pourrez ainsi former de jolies petites perles. Soyez créatives, les filles et faites-vous plaisir!

IMG_5968.jpg

 

2 commentaires sur « Salade folle, quinoa-pois, radis noir et carottes colorées… »

  1. Coucou, je viens de lire ta recette et j’ai hâte de tester ce plat « green » qui rend « happy » en plus pour la rentrée … Mais j’ai adoré la lecture et les détails …! Merci encore pour ce joli partage.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s