Tomato party, millet, graines et herbes fraiches…

Tout change, en permanence et parfois la vie réserve de jolies surprises.

Avant que l’automne ne vienne redessiner ses contours, et jeter de l’or sur ses feuillages, le potager sourie encore à l’été.

Il tient ses promesses et continue d’offrir ses plus jolies tomates aux rayons du soleil et à la convoitise des oiseaux.

Pourtant il y a encore quelques semaines, l’air était lourd, et l’espoir de récolte improbable.

Mais les forces et les ressources de chaque être vivant, tomates comprises, permettent de faire face aux perturbations de la vie, et du climat.

Les circonstances endurcissent.

Chaque ère fait place à une autre.

Ne pas avoir peur de laisser le feu brûler ce qui n’a plus lieu d’être, pour que des cendres naisse un sol fertile propice à d’autres départs.

Au lieu de s’attarder à chercher les causes de nos échecs acceptons l’impermanence de la vie.

Abandonnons-nous à son flot, tout en acceptant qu’il nous arrivera d’être déséquilibrés, de chuter parfois, mais que de cette fragilité apparente naîtront force et sérénité.

« La vie est un mélange de tristesse et de bonheur et il doit en être ainsi car autrement elle n’aurait plus de sens et deviendrait quelque chose de mort. Le yoga permet de regarder le bonheur comme la tristesse avec la même sérénité. » Gita Iyengar

Et l’ère du changement a sonné .

Si le quinoa ne vous fait plus vibrer pour le moment, et que le boulgour vous plombe, essayez le millet, on parie qu’il saura vous inspirer ?

De jolies petites billes dorées, qui viennent ensoleiller nos assiettes et nous offrir leurs nombreux bienfaits :

  1. Une portion de millet comble 13 % des besoins quotidiens en phosphore . Le phosphore constitue le deuxième minéral le plus abondant dans l’organisme, après le calcium. Mis à part son rôle essentiel dans la formation des os et des dents, il participe entre autres à la croissance et à la régénérescence des tissus et aide à maintenir le pH du sang. Il est aussi l’un des constituants des membranes cellulaires.
  2. C’est aussi une source de magnésium intéressante. Le magnésium participe à la minéralisation osseuse, à la construction des protéines, aux actions enzymatiques, à la contraction musculaire, à la transmission de l’influx nerveux, à la santé dentaire et au fonctionnement du système immunitaire.
  3. Le zinc fait aussi partie de ses composantes, lequel intervient dans la cicatrisation des plaies notamment et au développement du foetus. Le zinc interagit également avec les hormones sexuelles et thyroïdiennes. Dans le pancréas, il participe à la synthèse, à la mise en réserve et à la libération de l’insuline.
  4. Le grain de millet entier contient des fibres alimentaires, mais en plus petite quantité que la plupart des autres céréales complètes.
  5. Et, béni des Dieux, il ne contient pas de gluten 😉

Nous allons le mêler à des petits légumes du soleil, des herbes fraiches, façon taboulé 2.0 !

Ce qu’il me faut pour 4

  • 100 g de millet
  • 1 poivron
  • 1 gros radis rose
  • 1 oignon rouge
  • 4 tomates (ananas, coeur de boeuf, noire de crimée..)
  • 1 bouquet de basilic
  • 1 bouquet de coriandre
  • 2 cm de gingembre frais râpé
  • huile d’olive
  • sel/poivre
  • 1 citron vert
  • 4 cs de graines de sésame noir

C’est parti !

Je commence par faire cuire le millet, en le versant dans une casserole puis en ajoutant 2 fois son volume d’eau froide.

Porter à ébullition, saler et couvrir. Laisser cuire à feu doux pendant 20 minutes jusqu’à absorption totale de l’eau.

Laisser refroidir et pendant ce temps, laver les légumes et les tailler en petits dés.

Emincer l’oignon, ajouter le gingembre râpé, et mélanger le tout dans un saladier avec le millet, avant d’arroser copieusement d’huile d’olive vierge bio et pressée à froid et de jus de citron. Ajoutez les herbes ciselées et les graines.

Puis incisez la peau des tomates en croix pour faciliter l’épluchage. Faites bouillir de l’eau et plongez les 10 secondes puis mettez les dans de l’eau glacée pour retirer la peau plus facilement.

Coupez le haut des tomates et évidez les à l’aide d’une cuillère sans les casser.

Assaisonnez de sel fin et retournez-les sur un plat afin d’éliminer l’excès d’eau.

Enfin, remplissez les tomates de ce joyeux mélange et dégustez 😉

Un petit plat haut en couleurs et en saveurs qui permet de retenir encore un peu plus l’été…

Galettes de légumes d’été aux graines de courge…

DSC_0258.JPG

L’été coule doucement.

Au potager, c’est la saison des cueillettes, mais les chaleurs étouffantes de ces dernière semaines, cumulées aux matins trop frais, ont eu raison des salades.

Quant aux quelques tomates qui avaient décidé de tenter malgré tout l’aventure, elles ont fait le bonheur des pies avant même d’arriver à maturité.

Seules de timides courgettes exhibent maintenant leurs jolies robes prairie, et un poivron, unique mâle à la ronde, déploie désespérément ses charmes sous ses habits couleur passion.

Le bilan n’est guerre encourageant, mais le défi était de taille compte tenu de l’aléa climatique.

Cette année il faudra se contenter d’un panier à moitié plein, se réjouir malgré tout d’avoir pu sauver quelques légumes et tenter de trouver l’inspiration coûte que coûte pour passer joyeusement du jardin à l’assiette.

Faire avec les cartes qui nous ont été distribuées au potager, comme dans la vie.

A attendre que les étoiles soient parfaitement alignées pour agir, on risque l’immobilité, l’inaction, le repli.

Vouloir en permanence la perfection, est un stratagème pour se prouver sa propre valeur dont, soyons honnêtes, on n’est pas très sûrs.

On place alors volontairement la barre trop haut, de sorte que, fatalement, on ne puisse l’atteindre,  et continue ainsi à alimenter de stériles croyances.

Le danger c’est qu’à force de reproduire ce schéma, notre image finisse peu à peu par s’altérer …

Cette course à la perfection empêche d’agir, et peut même directement fabriquer de la procrastination car plutôt que de se confronter à un possible échec, on préfère, même sans vraiment s’en rendre compte, ne pas essayer du tout et rebrousser chemin.

Et l’on remet ainsi ses actions à demain.

Demain, lorsque l’herbe sera plus verte, le panier plus plein, lorsque je serai cet autre, plus beau, plus mince, plus érudit, plus riche, bref, on s’invente tout un mala de fausses excuses pour ne pas sauter à pieds joints dans la vie, de peur de mouiller des escarpins, dans lesquels, avouons-le on n’est plus très à l’aise…

L’instant présent, au lieu d’être vécu pleinement, est relégué à un hypothétique futur, qui probablement ne sera jamais atteint, alors qu’à nos pieds coule une rivière, fraîche et cristalline qui ne demande qu’à être empruntée, traversée, explorée…

Nous sommes vivants et c’est bien là tout l’essentiel, le reste n’est que pur scénario monté de toutes pièces par un mental peu sûr de lui.

Mais pour l’heure, l’été n’est pas fini, et nous avons toutes les chances de croire que les choses peuvent changer.

En attendant, on parie qu’avec juste une belle courgette et un fier poivron on peut réaliser une petite recette green, vite préparée, savoureuse et équilibrée qui remplacera habilement un triste sandwich dans notre panier de plage ?

DSC_0217.JPG

Ce qu’il me faut pour 6 galettes :

  • 1 courgette
  • 1 poivron
  • 100 g de quinoa noir
  • 100 g de lentilles corail
  • 1 cc de graines de fenouil en poudre
  • 2 oeufs de poules ou de chia
  • 1 cm de gingembre râpé
  • sel, poivre
  • 2 cs de graines de courge
  • 1 cs d’huile d’olive
  • 1 cs de farine (de maïs en ce qui me concerne)
  • 1/2 bouquet de menthe fraîche (ou coriandre)

C’est parti !

DSC_0219.JPG

  • je commence par rincer abondamment les lentilles corail et les fais cuire dans un peu d’eau salée
  • j’en fais autant avec le quinoa
DSC_0218.JPG

  • j’émince ensuite la courgette et le poivron préalablement pelés et lavés.
  • puis je rassemble tous les ingrédients (lentilles, quinoa, menthe, gingembre, farine, graine de fenouil, huile d’olive, sel, poivre et les oeufs) dans un mixer juste pour hacher grossièrement.
DSC_0229.JPG

  • pour une version vegan, il est possible de remplacer les oeufs de poule par des oeufs de chia en mélangeant 2 cuillères à café de graines de chia moulues avec 6 cuillères à soupe d’eau à température ambiante , (l’eau trop froide ralentit le mucilage), laissez reposer 15 à 20 minutes avant de les incorporer au reste des ingrédients
  • dressez de petites galettes sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, ou bien remplissez de petites moules avec la préparation.
  • faites cuire 15 minutes environ à 180°.
  • DSC_0249.jpg

    Dégustez chaud ou froid accompagnées d’une salade ou d’un velouté frais 😉

    DSC_0262.JPG

    On fond littéralement pour cette petite galette, riche en protéines végétales, issues de l’association quinoa (pseudo-céréales) et lentilles (légumineuses), joyeuse et colorée, que l’on peut emporter aussi bien dans sa lunch box au bureau que dans son panier de plage.

    Pink and creamy vegan cheesecake.

    DSC_0266.JPG

    « Un vieil homme était assis à l’entrée d’une ville. Un étranger venu de loin s’approche et lui demande : « Je ne connais pas cette cité. Comment sont les gens qui vivent ici ? »

    Le vieil homme lui répond par une question : « Comment sont les habitants de la ville d’où tu viens ? »  « Égoïstes et méchants, lui dit l’étranger. C’est pour cette raison que je suis parti »

    « Tu trouveras les mêmes ici » lui répond le vieillard.

    Un peu plus tard, un autre étranger s’approche du vieil homme.

    « Je viens de loin, lui dit-il. Dis-moi, comment sont les gens qui vivent ici ? »

    « Le vieil homme lui répond : « Comment sont les habitants de la ville d’où tu

    viens ?»

    « Bons et accueillants, lui dit l’étranger. J’avais de nombreux amis, j’ai eu de la peine à les quitter. »

    « Le vieil homme lui sourit : « tu trouveras les mêmes ici. »

    Un vendeur de chameaux avait suivi les deux scènes de loin. Il s’approche du vieillard : « Comment peux-tu dire à ces deux étrangers deux choses opposées ? » Et le vieillard lui répond :

    « Parce que chacun porte son univers dans son cœur. Le regard que nous portons sur le monde n’est pas le monde lui-même, mais le monde tel que nous le percevons. Un homme heureux quelque part sera heureux partout. Un homme malheureux quelque part sera malheureux partout. »

    Tout est dit.

    Portez le bonheur dans votre coeur et passez un été lumineux, inspirant, magique !

    Et pour y contribuer, voici une recette toute simple et colorée, sans sucre raffiné, avec des fruits des oléagineux, de la patate douce,  et beaucoup d’amour 😉

    Petit rappel sur ces pépites nutritionnelles que sont les oléagineux :

    Les oléagineux sont riches en acides gras mono-insaturés. Ceux-ci préviennent les maladies cardiovasculaires grâce à leur pouvoir hypocholestérolémiant qui aide à maintenir le taux de « bon » cholestérol tout en faisant diminuer le « mauvais » et les triglycérides.

    Ils contiennent des phytostérols, ces composés végétaux appartenant à la famille des stérols, qui régulent efficacement le taux de cholestérol. Les phytostérols possèdent également un pouvoir antioxydant.

    En plus de leur richesse en protéines et en fibres, les oléagineux renferment de nombreuses vitamines dont les vitamines du groupe B (B1, B2, B3, B9) qui jouent un rôle important dans la transformation des glucides, des protéines et des graisses en énergie. Les amandes sont particulièrement riches en vitamine E, un puissant antioxydant qui aide à lutter contre le vieillissement des cellules.

    Côtés minéraux, les oléagineux apportent notamment du calcium, fer, zinc, manganèse, cuivre, phosphore et potassium.

    Quant à la patate douce elle n’est pas en reste non plus, jugez plutôt :

    • Moyennement calorique grâce à sa faible teneur en protéines et en lipides, elle ne fait donc pas grossir comme on a tendance à le croire.
    • Sa richesse en fibres va réguler la fonction gastro-intestinale, en diminuant les taux de cholestérol et de glycémie.
    • Son indice glycémique est de 70 alors que celui de la pomme de terre varie entre 80 et 111 selon la variété.
    • Elle prend soin de nos os, nos dents, maintient la peau en bonne santé et nous protège contre les infections, grâce à la vitamine A qu’elle contient et favorise une bonne vision de nuit grâce à son pouvoir anti-oxydant.
    • Sa richesse en caroténoïdes lui permet de lutter contre les radicaux libres.
    • Elle améliore les fonctions hépatiques et permet de contrôler son taux de glycémie.
    • Elle protège notre système immunitaire grâce à son pouvoir antioxydant.

    Etes-vous prêts à tenter l’aventure?

    Ce qu’il me faut :

    DSC_0239.JPG

    Pour la base :

    • 150 g de dattes medjool
    • 100 g de noisettes (ou d’amandes)
    • 100 g de graines de courge
    • 40 ml d’huile de coco fondue

    Pour la crème :

    • 400 g de patate douce blanche ou violette
    • 300 g de myrtilles
    • 300 g de framboises (ou 600 g de framboises exclusivement)
    • 80 g de sirop de fleur de coco
    • 100 g d’huile de coco fondue
    • 280 g de noix de cajou trempées

    C’est parti :

    • La veille je pense à faire tremper mes noix de cajou dans un bol d’eau
    • J’épluche et je détaille en gros cubes les patates douces et les fais cuire à la vapeur douce 20/30 mn
    • Le jour J, je mixe grossièrement les ingrédients de la base, et après avoir chemisé de papier transparent un moule rond, je dépose ce mélange tout au fond en tassant bien
    DSC_0242.JPG
    • Puis je rassemble dans le mixer les ingrédients de la crème (patate douce cuite, noix de cajou égouttées, huile de coco fondue, fruits rouges, et sucre de fleur de coco) jusqu’à obtenir un appareil très creamy.
    • Je le fais couler sur la base, et oublie le joli dessert au congélateur quelques heures
    DSC_0277.JPG
    • Avant de servir je décore de fruits, et fleurs.
    DSC_0270.jpg

    La patate douce apporte vraiment un crémeux et une onctuosité sans pareil.

    On parie que jamais personne ne soupçonnera sa présence dans ce petit délice?

    DSC_0284.JPG

    Si cette recette vous inspire, sachez que vous pouvez la décliner en plusieurs autres versions…

    En changeant les fruits, et en utilisant des abricots bien mûrs et bien sucrés avec de la patate douce orange ou en forçant sur la myrtille ou la mûre si vous trouvez des patates douces violettes.

    Quoiqu’il arrive, la patate douce blanche reste  » open » à toutes vos fantaisies.

    DSC_0288.JPG

    Soyez fun, amusez-vous, c’est l’été 😉