Ma rencontre avec Mélie, la yogini inspirante…

J’ai rencontré Mélie, au beau milieu du Printemps, pour un cours de Vinyasa au studio yoga de Pessac.

Son regard bleu Pacifique, et son joli sourire, complètent une personnalité attachante, joyeuse, solaire, ouverte et bienveillante.

Et puis j’ai déroulé mon tapis, mes yeux se sont fermés, et le lâcher prise a opéré.

Comme une brise douce et mélodieuse, sa voix nous guide vers une pratique progressive et cohérente, savamment orchestrée, sans fausse note, à laquelle il fait bon s’abandonner.

Inspirante, elle pose une intention au commencement de chacun de ses cours, comme ces colliers de fleurs odorantes que l’on offre aux voyageurs en signe de bienvenue. Généreuse, ses explications sont autant de précieuses petites lanternes qu’elle allume, sur le chemin de la posture juste.

Le tout sans jugement, sans challenge ni pression, non, juste un besoin réinventé, celui d’écouter son corps et de l’accorder au rythme de ce flow délicieux qu’elle sait si bien installer.

Cette jeune maman, danseuse et musicienne, a le goût du travail bien fait, et cela se voit. Du choix de la playlist, à la progression des postures, rien n’est laissé au hasard, et toute cette belle énergie qu’elle déploie en amont rend le cours si léger et naturel, qu’il semble le fruit d’une magistrale improvisation.

Tout comme la vague qu’elle aime surfer, Mélie nous offre une escale rafraichissante et énergisante, qui dynamise le corps et calme l’esprit.

Les postures s’enchainent au rythme des inspirations et des expirations, faisant voler en éclat, repères et verrous.

Mais après avoir perdu la rive de vue pendant si longtemps, et découvert en soi tant de nouveaux espaces, le retour à la berge peut s’avérer difficile…

Un petit massage de la nuque, une stimulation des points de réflexologie plantaire pendant la relaxation finale, autant d’arguments qui nous aideront à nous reconnecter  en douceur à nos sens.

Maître Praticien Reiki, Mélie, accorde une très grande importance au toucher. Elle sait comment arrêter ces causes qui déclenchent parfois les maux du corps et de l’esprit.

Relaxer, pour relancer le circuit énergétique et les souffles internes afin de favoriser la remise en route des potentiels naturels intrinsèques de chacun.

Sa priorité : le bien-être naturel et durable des personnes qu’elle accompagne.

  • Qui est Mélie ?

« J’ai 36 ans et je suis française d’origine polynésienne. Un pied dans l’art, un autre dans la communication, mon parcours a toujours été au service de projets artistiques, historiques, culturels. Et comme j’aime aller au bout de ce que j’entreprends, je vis mes passions au maximum : d’abord la flûte traversière que j’ai quelques temps enseignée, les danses cubaines et afro-cubaines jusqu’à un diplôme de danseuse. Tout cela en parallèle de mes postes dans le marché de l’art, l’architecture, le design, … Une vie bien remplie en somme! »

  • Qu’est-ce qui t’a menée vers le yoga ?

« J’ai commencé le yoga il y a dix ans sur les conseils d’une amie. J’ai suivi quelques cours puis j’ai laissé cette pratique de côté. Elle revenait souvent dans ma vie comme des petites bulles.

J’ai renoué il y a deux ans, alors que je fréquentais assidûment les clubs de sport, besoin de me dépenser sans pour autant décompresser.

J’ai suivi le cours de yoga et l’évidence de cette discipline m’est apparue. Ma pratique s’est intensifiée et mon esprit s’est apaisé. Un été au bord du lac de Vincennes, j’ai su que ce serait mon futur métier. J’ai foncé en formation, une formidable aventure que j’ai eu la joie de faire enceinte. Que de belles sensations! Sur ce chemin, j’ai aussi mieux accepté une maladie dont j’ai été diagnostiquée il y a une dizaine d’années: l’endométriose.

Le yoga m’a appris à mieux vivre au quotidien ces douleurs et gérer l’angoisse de l’avenir. C’est  pourquoi je propose aujourd’hui des ateliers avec la complicité d’une sophrologue, pour celles qui souffrent de cette maladie. »

 

  • Pourquoi avoir choisi d’enseigner le yoga ?

« Transmettre et partager c’est un peu l’histoire de ma vie. J’aime donner ce que je sais, rechercher les meilleures méthodes pédagogiques, être en communauté. Le yoga apporte tellement que l’enseigner m’a semblé tout naturel. »

  • As-tu une routine « Healthy » ?

« Il n’y a pas si longtemps de cela, j’étais une grande amatrice de thé et café, ce qui faisait beaucoup de caféine pour mon corps dans une seule journée… j’en étais tellement devenue accro que j’avais une migraine si je n’avais pas un café dans la journée!

J’ai donc remplacé ces habitudes par des tisanes que j’ajuste selon mes besoins (circulation sanguine, allaitement, digestion, etc.).

Mon corps se fatigue moins et je ne ressens plus du tout cette dépendance.

De manière générale, je bois beaucoup d’eau.

Je commence toujours ma journée par un verre d’eau afin de réveiller le corps en douceur. Cela ne m’empêche pas de prendre un petit café, dont j’apprécie énormément l’arôme, de temps en temps! »

  • Quelles sont les personnes qui t’inspirent ?

« Ma maman étant bouddhiste j’ai lu très tôt des textes du Dalaï-Lama, une véritable source d’inspiration. Je le cite d’ailleurs très souvent pendant mes cours. »

Je confirme.

Mélie clôture chacun de ses cours, par une petite phrase, une citation, qui continue d’infuser ses bienfaits en nous, toute la journée.

  • Quelle est ta posture préférée et pourquoi ?

« J’adore la posture du triangle (Trikonâsana) en complète ouverture vers le ciel avec un ancrage fort dans le sol.

Cette posture soulage le stress et les maux de dos tout en stimulant la digestion. »

 

  • Quel est ton mantra ?

« I’m not perfect, I’m good enough and that’s perfect », un petit mantra emprunté à l’une de mes sources d’inspiration yogi, Dasha Romanova.

 

 

Mélie Good propose sur Bordeaux et sa région des cours de Flow Vinyasa – pratique dynamique et fluide en lien avec la respiration, de Flow Vinyasa adapté aux femmes enceintes, des soins énergétiques, des cours de Yin Yoga – pratique douce.

Elle propose également en partenariat des séjours YogaSurfCamp en Gironde ainsi que des ateliers de Yoga et sophrologie axés sur l’endométriose.

N’hésitez pas à faire un petit tour du côté de sa page Facebook pour suivre les news, et à vous inscrire directement sur le site :

http://www.hatha-yoga-bordeaux.fr

Pour un petit cours d’essai…

Promis, vous ne le regretterez pas 😉

Mango crunchy cake…

Capture d’écran 2018-07-09 à 15.11.25.png

Plus que quelques heures avant les vacances…Bientôt notre conscience s’égarera au rythme du bruit des vagues et du vent dans les voiles, on oubliera les heures froides, les obligations, la grisaille, pour laisser l’été nous absorber toute entière.

Se recentrer sur nous, nos besoins, nos envies.

De fourmis devenir cigale.

Incarner une autre peau, vivre un autre rêve, s’affranchir du quotidien, lâcher prise, accueillir nos désirs de campagne ou d’embruns avec délice, laisser peu à peu le voyage rallumer nos petites lanternes intérieures et faire circuler une nouvelle énergie, douce et bienfaisante.

S’adonner à ces  pratiques estivales qui permettent d’oublier les heures et font que le temps file entre les doigts comme une poignée de sable chaud et doré.

Ne plus avoir d’âge. Autoriser l’enfant qui vit en nous à s’exprimer. L’écouter rire et chanter avec bonheur.

Vivre pleinement l’instant présent, comme un éclat d’éternité, une poussière d’étoile, qui à chaque étincelle renforce notre sentiment d’appartenance à ce monde merveilleux, à cette nature féconde. Ouvrir ses yeux et son coeur à la gratitude, l’émotion.

Céder à cette douce folie que l’on appelle « vacances »…

Commencer par s’autoriser tout ce qui est bon pour soi, comme ce petit dessert, facile à préparer, sans sucre, ni farine, ni oeufs, ni beurre, ni cuisson, car l’été c’est aussi l’occasion de sublimer les fruits et légumes de saison, en les consommant tels quels.

C’est le principe même de la raw food.

Par raw on entend « brut », « non raffiné », » non industrialisé ». L’unique « cuisson » tolérée étant la  déshydratation en dessous de 47,8 degrés, sous peine de détruire les précieuses vitamines et enzymes, la clef de voute de cette manière de se nourrir.

Bien entendu la part belle est faite aux fruits et légumes fraîchement cueillis, mais aussi aux graines germées,  oléagineux, algues qui sont au centre de ce mode alternatif d’alimentation.

L’été est fait pour changer ses routines, et pour tenter de nouvelles expériences, non?

DSC_0007.JPG

Alors pour une initiation toute en douceur, voici un petit gâteau croustillant et généreux, que vous pourrez décliner avec tous les fruits du jardin (pêches, nectarines, framboises, fraises, mûres, myrtilles…) et décliner en parts individuelles ou en version familiale, dans un grand moule.

A préparer la veille, et à déguster au retour de la plage 😉

Ce qu’il me faut pour 4 à 6 petits gâteaux :

DSC_0018.JPG

  • 75 g de noix de coco râpée
  • 140 g de noisettes (ou amandes)
  • 2 grosses dattes Medjool
  • 1 cc de vanille en poudre
  • 1 cc de gingembre en poudre
  • 1 sachet d’agar-agar
  • 1 tasse d’infusion (verveine, hibiscus…)
  • 1 belle mangue mûre
  • des cercles ou carrés en inox pour mouler les petits gâteaux ou un grand moule à fond amovible

C’est parti !

  • Je commence par faire chauffer de l’eau pour préparer une infusion de verveine ou d’hibiscus que je laisserai refroidir.
  • Puis dans la cuve d’un mixer je rassemble la coco, les noisettes, les épices, les dattes et je mixe jusqu’à obtenir une pâte proche de celle d’un crumble.
  • Puis je détaille la mangue en petits dés.

DSC_0023.JPG

Au milieu d’une assiette, je pose un petit moule en inox, et commence par y abandonner  une couche du mélange de noisettes-coco. Je tasse bien, et j’ajoute les fruits, puis j’alterne jusqu’à obtenir au moins 4 rangs successifs.

  • Je verse ensuite l’aga-agar dans l’infusion, je remue bien, et fais chauffer jusqu’à ébullition, puis j’éteins le feu, et laisse refroidir quelques minutes avant de verser délicatement une partie de la préparation sur le petit gâteau. Le liquide ne doit pas déborder, il doit juste généreusement napper l’entremet pour le figer, et constituer une sorte de joli glaçage brillant sur le dessus.

  • Cette étape n’est pas obligatoire, vous pouvez très bien la zapper, il vous suffit d’ajouter une bonne cuillère à soupe d’huile de coco dans votre mixer avec les noisettes. En refroidissant l’huile de coco va se figer et consolider votre petit dessert.

DSC_0030.JPG

Napper les bords de l’assiette de coulis de mangue, avant d’ôter le moule et  déguster avec passion…

DSC_0037.JPG

Pour une version « so creamy » vous pouvez alterner entre chaque couches de fruits, une généreuse cuillère à soupe de yaourt de coco végétal.

Mon préféré se trouve par ici, ( http://www.juneplaisirvegetal.fr ) c’est le coco mangue-passion, de la toute nouvelle gamme végétale June, pile poile ce qu’il faut pour faire écho à la saveur suave et sucrée de la mangue fraîche.

DSC_0041.JPG

La base du dessert reste très aérienne et sablonneuse ..

DSC_0060.JPG

Et le fruit sucré révèle la saveur ronde, gourmande et beurrée de la noisette lovée dans la coco …

DSC_0057.JPG

Les vacances peuvent enfin débuter 😉

 

Crème douceur, avocat et cacao cru…

dsc_0348-1.jpg

Parfois la nourriture agit comme un pansement.

Pansement émotionnel aux visées compensatoires en période de turbulence, stress, frustration, ennui ou mal-être…

On mange, et à fortiori on mange sucré pour se rassurer, se faire plaisir, installer une sorte de petite bulle entre nous et le monde, kit de premier secours face à des émotions qui nous submergent et que l’on n’est pas en mesure d’accueillir.

Ce n’est donc pas l’aliment que l’on recherche mais ce qui se cache derrière lui, son effet « doudou ». Anesthésier, le temps d’une cuillerée, un trop plein d’émotion qui nous grise et nous fait perdre l’équilibre.

En théorie, la solution consisterait à apaiser l’esprit, dissiper l’anxiété, les peurs, les angoisses, pour retrouver la pleine et consciente sensation de se nourrir avec raison et plaisir, et non de remplir un vase dont on ne perçoit plus le fond.

Et c’est justement l’acte de conscientiser ce que l’on avale qui nous ramène à nos propres sensations, à ce plancher de satiété, confortable et rassurant.

Mais si la théorie semble accessible, la pratique s’avère, elle, plus héroïque…

Comment éviter ces pensées limitantes qui nous tricotent un scénario si lointain de la réalité? Notre mental, sait parfaitement cloner le réel, à tel point qu’il nous bluffe et nous rend prisonnier de ses injonctions …

Par un ancrage à sa respiration, on peut laisser le souffle conscientiser, calmer les émotions et comprendre quelles sont les circonstances, les pensées, qui ont provoqué cette surcharge émotionnelle.

Puis, tenter de la désamorcer en remontant lentement la rivière à contre-courant en changeant d’itinéraire. Sortir du cadre, pour affranchir l’esprit de ses ruminations, briser le bocal, et ressentir enfin le bonheur de nager hors du lagon.

Laisser infuser ses idées dans une eau propre, fraîche et cristalline…

Et si l’appétence subsiste c’est qu’elle était « envie » et non « besoin ». Dans ce cas ouvrir grands, portes et fenêtres, et céder joyeusement et sans le moindre jugement à l’appel du chocolat, version crème,  savoureuse et  légère.

Celle-ci se prépare le temps d’un battement d’ailes de papillon et se déguste avec plaisir et conscience.

Douce et veloutée, aux accents épicés très cacao, sans la moindre petite lichette de sucre, de mauvaises graisses, ou de lait de vache, que l’on pourra agrémenter de jolis fruits de saison bien mûrs…

DSC_0351.JPG

Pile poile ce qu’il nous faut pour les jours d’énergie dans les tongs,  car le cacao cru augmente le taux de sérotonine, hormone du plaisir, stimulant ainsi optimisme et bonne humeur.

Idem pour la banane qui avec son taux de magnésium au top va compenser notre petit coup de mou.

La Cardamome, quant à elle, est une épice que l’on retrouve dans les plats indiens et asiatiques, elle possède de nombreuses propriété :

  • Aide à la digestion
  • Antiseptique
  • Source de calcium et de magnésium
  • Source de vitamine B2 et B6

Et si à cela on ajoute les bonnes graisses de l’avocat, qui contentent le corps, le coeur et l’esprit, on obtient une recette à tester de toute urgence et à introduire dans notre jolie routine d’été…

DSC_0331.jpg

Ce qu’il me faut pour 4 jolis petits pots :

Du green et rien que du green 😉

  • 1 bel avocat mûr à point
  • 1 banane bien mûre aussi
  • 4 cs de cacao cru en poudre
  • 3 ou 4 dattes
  • 1 gousse de cardamome
  • quelques noisettes torréfiées
  • 1 cc d’éclats de fèves de cacao cru (facultatif)
  • du lait d’amande
  • des fruits de saison (facultatif)

DSC_0384.JPGC’est parti !

  • je coupe l’avocat pour en prélever la chair
  • j’en fait autant avec la banane
  • Je verse joyeusement tout ce petit monde dans un blender en ajoutant les dattes dénoyautées, les grains de cardamome, et le cacao cru.
  • Garder le lait d’amande à portée de main au cas où, tout dépend de la consistance souhaitée.
  • et mixer…
  • puis verser dans de jolis petits bols.

DSC_0273.jpg

Ne pas oublier le topping : quelques fruits frais, ou déshydratés, noisettes, graines, éclats de fèves de cacao cru…

DSC_0387.jpg

On parie que cette petite crème vous fera fondre de plaisir tout l’été ?