Galettes de légumes d’été aux graines de courge…

DSC_0258.JPG

L’été coule doucement.

Au potager, c’est la saison des cueillettes, mais les chaleurs étouffantes de ces dernière semaines, cumulées aux matins trop frais, ont eu raison des salades.

Quant aux quelques tomates qui avaient décidé de tenter malgré tout l’aventure, elles ont fait le bonheur des pies avant même d’arriver à maturité.

Seules de timides courgettes exhibent maintenant leurs jolies robes prairie, et un poivron, unique mâle à la ronde, déploie désespérément ses charmes sous ses habits couleur passion.

Le bilan n’est guerre encourageant, mais le défi était de taille compte tenu de l’aléa climatique.

Cette année il faudra se contenter d’un panier à moitié plein, se réjouir malgré tout d’avoir pu sauver quelques légumes et tenter de trouver l’inspiration coûte que coûte pour passer joyeusement du jardin à l’assiette.

Faire avec les cartes qui nous ont été distribuées au potager, comme dans la vie.

A attendre que les étoiles soient parfaitement alignées pour agir, on risque l’immobilité, l’inaction, le repli.

Vouloir en permanence la perfection, est un stratagème pour se prouver sa propre valeur dont, soyons honnêtes, on n’est pas très sûrs.

On place alors volontairement la barre trop haut, de sorte que, fatalement, on ne puisse l’atteindre,  et continue ainsi à alimenter de stériles croyances.

Le danger c’est qu’à force de reproduire ce schéma, notre image finisse peu à peu par s’altérer …

Cette course à la perfection empêche d’agir, et peut même directement fabriquer de la procrastination car plutôt que de se confronter à un possible échec, on préfère, même sans vraiment s’en rendre compte, ne pas essayer du tout et rebrousser chemin.

Et l’on remet ainsi ses actions à demain.

Demain, lorsque l’herbe sera plus verte, le panier plus plein, lorsque je serai cet autre, plus beau, plus mince, plus érudit, plus riche, bref, on s’invente tout un mala de fausses excuses pour ne pas sauter à pieds joints dans la vie, de peur de mouiller des escarpins, dans lesquels, avouons-le on n’est plus très à l’aise…

L’instant présent, au lieu d’être vécu pleinement, est relégué à un hypothétique futur, qui probablement ne sera jamais atteint, alors qu’à nos pieds coule une rivière, fraîche et cristalline qui ne demande qu’à être empruntée, traversée, explorée…

Nous sommes vivants et c’est bien là tout l’essentiel, le reste n’est que pur scénario monté de toutes pièces par un mental peu sûr de lui.

Mais pour l’heure, l’été n’est pas fini, et nous avons toutes les chances de croire que les choses peuvent changer.

En attendant, on parie qu’avec juste une belle courgette et un fier poivron on peut réaliser une petite recette green, vite préparée, savoureuse et équilibrée qui remplacera habilement un triste sandwich dans notre panier de plage ?

DSC_0217.JPG

Ce qu’il me faut pour 6 galettes :

  • 1 courgette
  • 1 poivron
  • 100 g de quinoa noir
  • 100 g de lentilles corail
  • 1 cc de graines de fenouil en poudre
  • 2 oeufs de poules ou de chia
  • 1 cm de gingembre râpé
  • sel, poivre
  • 2 cs de graines de courge
  • 1 cs d’huile d’olive
  • 1 cs de farine (de maïs en ce qui me concerne)
  • 1/2 bouquet de menthe fraîche (ou coriandre)

C’est parti !

DSC_0219.JPG

  • je commence par rincer abondamment les lentilles corail et les fais cuire dans un peu d’eau salée
  • j’en fais autant avec le quinoa
DSC_0218.JPG

  • j’émince ensuite la courgette et le poivron préalablement pelés et lavés.
  • puis je rassemble tous les ingrédients (lentilles, quinoa, menthe, gingembre, farine, graine de fenouil, huile d’olive, sel, poivre et les oeufs) dans un mixer juste pour hacher grossièrement.
DSC_0229.JPG

  • pour une version vegan, il est possible de remplacer les oeufs de poule par des oeufs de chia en mélangeant 2 cuillères à café de graines de chia moulues avec 6 cuillères à soupe d’eau à température ambiante , (l’eau trop froide ralentit le mucilage), laissez reposer 15 à 20 minutes avant de les incorporer au reste des ingrédients
  • dressez de petites galettes sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, ou bien remplissez de petites moules avec la préparation.
  • faites cuire 15 minutes environ à 180°.
  • DSC_0249.jpg

    Dégustez chaud ou froid accompagnées d’une salade ou d’un velouté frais 😉

    DSC_0262.JPG

    On fond littéralement pour cette petite galette, riche en protéines végétales, issues de l’association quinoa (pseudo-céréales) et lentilles (légumineuses), joyeuse et colorée, que l’on peut emporter aussi bien dans sa lunch box au bureau que dans son panier de plage.

    Galette d’automne, avocado cream et carottes rainbow…

    DSC_0145.JPG

    Une pluie de miel caresse désormais les jardins.

    La lumière douce apparait en filigrane derrière chaque branche d’arbre, et même si officiellement l’été s’en est allé, ces derniers jours, il nous a semblé qu’il rebroussait chemin pour venir chercher les rayons qu’un soleil bienveillant avait laissé tomber par mégarde.

    Il suffit de se promener en forêt  pour ressentir des émois quasi primaires au contact de cette somptueuse nature automnale.

    Respirer à pleins poumons l’odeur de l’humus, se délecter des craquements de feuilles et de glands sous nos pas, écouter ce silence si grandiose fait de mille petits bruits imperceptibles.

    S’immerger.

    Prendre un grand bain de nature, de couleurs, de vie, comme on plonge du haut d’une falaise dans les eaux iodées et vivifiantes de l’océan.

    Les camaïeux terracotta, bruns, pourpre qui caressent les feuilles des arbres, font danser tous nos sens, imprimant dans chacune de nos cellules leur belle énergie, l’ADN de la vie, et à mesure que les branches se dénudent dans une chorégraphie pudique et subtile, nous restons là, éblouis, face à ce spectacle divin.

    Dans quelques semaines, comme l’été l’a fait avant lui, l’automne tirera sa révérence pour laisser doucement s’installer l’hiver, et tout comme nous le fûmes de la belle saison, celle qui lui succèdera, nous laissera nostalgiques.

    Nostalgiques de ses couleurs, de sa douceur, de tous les jolis souvenirs que nous y avions tricotés.

    DSC_0223.JPG

    Le passé possède le pouvoir de faire d’un simple souvenir un moment féérique, d’une simple absence, un abîme.

    Les détails de notre quotidien se succèdent, et nous n’avons pas toujours conscience que, de la manière dont nous  les aborderons aujourd’hui, dépendront nos états d’âme de demain.

    Enchainer les instants de vie comme on croque dans une pomme juste pour calmer sa faim, sans conscience, sans conséquence, sans prendre le temps de sentir couler doucement chaque goutte de sucre dans sa gorge, sans apprécier la texture ferme et légèrement granuleuse du fruit, la rondeur de sa chair, ses notes acidulées, c’est s’exposer à un risque.

    Celui de regretter.

    Regretter de ne pas avoir su profiter d’une occasion, aussi anodine soit-elle, et que cet évènement consommé par omission, vienne demain nous hanter, nourrir notre mélancolie, notre spleen.

    Et aussi vrai que l’automne est le printemps de l’hiver, l’instant qui précède est toujours le printemps de celui qui suit, alors soyons attentifs, ouverts à chaque proposition et vivons-la réellement comme un cadeau, un « présent » 😉

    Entourons chaque petit instant de vie, le plus beau comme le plus pénible, d’un ruban de soie rose et parcourons-le avec attention, conscience, amour, bienveillance.

    Traversons dés aujourd’hui toutes ces scènes, exactement comme on aura envie de s’en souvenir dans dix ou vingt ans, histoire de ne pas avoir, le moment venu, à regarder par dessus l’épaule 😉

    Et pour éviter d’être nostalgique quand viendra l’hiver, célébrons tout de suite l’automne dans ce qu’il a de plus festif, de plus flamboyant avec une recette haute en couleurs, une envolée de saveurs, de textures, de promesses…

    Une base légère et facile à réaliser inspirée de la socca de Nice, ma ville de coeur, et d’une crème verte et soyeuse sur laquelle faire éclore un arc en ciel de couleurs.

     

    DSC_0164.JPG

    Des carottes multicolores, des betteraves, légumes racine reliés directement à la terre l’élément fort de la saison, riches en anthocyanes, des pigments naturels, source de vitamine E, bons pour notre peau, mais aussi des vitamines A et C pour un effet antioxydant maximal.

    De la farine de pois chiche, qui conserve toutes les propriétés de cette  légumineuse à très haute teneur en protéines et en lipides assimilables, des fibres, des vitamines dont la vitamine B9 indispensable au bon fonctionnement de nos globules rouges.

    Mais aussi des oligo-éléments nécessaires au bon développement du métabolisme, agents protecteurs majeurs contre les radicaux libres dont le manganèse et le cuivre présents à profusion.

    Ils interviennent dans de nombreux processus métaboliques, en particulier dans la préservation de la membrane entourant les cellules de l’organisme, une protection indispensable pour lutter contre le stress oxydatif responsable de certains cancers, des maladies coronariennes, neurodégénératives et du vieillissement cutané.

    Précisons que la farine de pois chiches est totalement dépourvue de gluten.

    DSC_0213.JPG

    Ce qu’il me faut pour 4 personnes 

    La galette :

    • 60 g de farine de pois chiches
    • 10 cl d’eau
    • 2 cs d’huile d’olive
    • sel, poivre
    • 1 cc de graines de fenouil
    • 2 cs d’estragon émincé
    • 2 cm de gingembre râpé

    La crème :

    • 2 avocats mûrs
    • le jus d’1/2 citron vert
    • 100 g de pois chiches cuits et égouttés
    • 1 cs de tahini
    • sel, poivre

    La garniture :

    • 1 carotte pourpre
    • 1 carotte jaune
    • 1 carotte orange
    • 1/2 betterave Chioggia
    • quelques feuilles de coriandre
    • une poignée d’amandes effilées ou de pignons de pin

    DSC_0190

    C’est parti !

    J’allume le four à 200° et prépare ensuite la galette en mélangeant les ingrédients qui s’y rapportent dans un bol, pour verser ensuite la préparation dans un moule à tarte recouvert d’un papier sulfurisé.

    Je laisse cuire environ 5 min, la galette doit être bien dorée.

    Pendant ce temps je prépare la crème, qui s’apparente à une sorte de houmous d’avocat.

    Pour cela il me suffit de mixer les pois chiches égouttés avec les avocats, le tahini, le jus de citron,  le sel et le poivre.

    Bien entendu, vous pouvez ajouter de l’ail si vous aimez ça, ou du piment, moi je préfère une version plus soft.

    Mixez jusqu’à obtenir une crème lisse et soyeuse, n’hésitez pas à ajouter un peu d’eau si ce n’est pas le cas.

    Puis déposez là dans une poche à douille.

    Une fois la galette refroidie, il ne reste plus qu’à la garnir avec le houmous d’avocat, pour y faire fleurir de jolies pétales de carottes rainbow ponctuées de betterave Chioggia. Pour cela il suffit de découper à l’économe de longs rubans que vous roulerez sur eux-mêmes.

    DSC_0141.JPG

    Quelques pluches de coriandre, et pourquoi pas quelques amandes effilées juste dorées à la poelle ou quelques pignons et vous pourrez croquer dans cette galette généreuse et réconfortante.

    DSC_0150.JPG

    La preuve que l’on peut toujours combattre la grisaille, quelle que soit la saison, idem dans vos coeurs et quel que soit le terreau de base.

    Laissez s’envoler les mauvaises pensées et tout ce qui vous encombre au vent d’automne pour ne cultiver que bienveillance, joie et bonne humeur 😉

    Tarte crue aux tomates du jardin et pesto d’artichaut…

    IMG_8495

    Les tomates sont là!

    Après un mois de juin très humide, et des journée de juillet caniculaires, le potager n’offrait plus qu’une vision apocalyptique de lui-même.

    Parmi tous les co-plantés, les plus exposés furent les pieds de tomates, fraîchement installés, touchés en plein coeur alors qu’ils entamaient une belle  ascension vers leur Everest.

    Le diagnostic, sans appel : arracher pour replanter.

    La nature nous donne souvent des leçons de vie, comme des fils invisibles qui nous relient à elle, nous guident dans nos actions, et nous n’avons d’autres choix que de les accepter.

    Parfois, la réussite nous semble tellement évidente, que l’échec n’est même pas envisageable…

    Alors que faire quand tout s’écroule ?

    Renoncer? Abandonner? Se résoudre à tout perdre ?

    Certainement pas. Se retrousser les manches et oser réécrire l’histoire.

    Déchirer la page souillée.

    Aligner d’autres verbes, qui rythmeront d’autres phrases, pour une mélodie plus joyeuse, plus positive, plus féconde.

    Oser se retrouver à la case départ alors que la victoire semblait si proche, accepter de repartir en arrière pour mieux ancrer son pas.

    IMG_4954.jpg

    D’autres plants ont fait sourire à nouveau les zones sinistrées, et après beaucoup d’amour et de soins, les fleurs ont donné vie à des fruits, qui offrent aujourd’hui leur jolie peau fine et pâle, aux doux rayons du soleil.

    DSC_0145.JPG

    Ne jamais perdre de vue l’espoir.

    Même si la déception dévaste tout sur son passage, toujours envisager la perspective, douce et folle qu’au coeur de l’été le panier se remplisse enfin 😉

    Et pour les sublimer en conservant intactes leurs précieux nutriments et leurs jolies couleurs, une tarte « raw » s’impose, c’est à dire sans cuisson, mais croustillante et délicieuse à souhait, qui accueillera avec bienveillance ces joyeuses petites gouttelettes d’été.

    IMG_E8459.JPG

    Riche en vitamine E, C, bêta-carotène et en lycopène, des composés qui possèdent tous un fort pouvoir antioxydant, la tomate est le fruit « beauté » par excellence. Elle aide à lutter contre les radicaux libres, responsables du vieillissement prématuré de nos cellules…Riche en fibres en eau et vitamines, elle est un aliment minceur remarquable. Impossible de faire sans elle en été, elle est de tous les repas, de tous les moments de partage, de toutes les tablées…

    Ce qu’il me faut pour 2 tartelettes :

    Le fond de tarte crunchy  :

    • 100 g de noix
    • 50g de noisettes
    • 1/2 bouquet de persil
    • 1 cs d’huile de coco
    • sel
    • 1 cc de graines de fenouil
    • 1 cs de gingembre râpé
    • 2 cs de graines de sésame

    Le pesto d’artichauts  :

    • 1 petite boîte de coeurs d’artichauts
    • 1 bouquet de basilic
    • 1/2 gousse d’ail
    • sel, poivre
    • 2 cs d’huile d’olive

    La garniture :

    De jolies tomates bio multicolores.

    C’est parti !

    IMG_8468.jpg

    Je commence par préparer la « pâte », en mixant tous les ingrédients qui s’y rapportent. Puis je chemise un moule à tartelette avec un papier transparent et dépose mon joli petit crumble que je tasse bien avant de réfrigérer, pour que l’huile de coco se fige et donne forme aux tartelettes.

    IMG_8478.jpg

    Pendant ce temps, je prépare le pesto d’artichaut en mixant les ingrédients de manière à obtenir une crème onctueuse. Notez que vous pouvez aussi réaliser un pesto d’avocats si vous n’aimez pas l’artichaut ou même un pesto classique, à vous de laisser parler votre créativité.

    IMG_8479.jpg

    IMG_8484.jpg

    Après avoir sorti les tartelettes du réfrigérateur il ne reste plus qu’à les démouler délicatement, les napper généreusement de crème et puis d’y ranger avec amour les jolies petites tomates.

    IMG_8485.jpg

    Vous pouvez ajouter des graines de sarrasin germé pour accentuer le côté crunchy !

    IMG_8493.jpg

    Quelques feuilles de basilic, un filet d’huile d’olive extra-vierge de première pression à froid, et le bonheur est au bout de la fourchette 😉

    IMG_8497.jpg

    Si cette recette vous inspire, et que la « raw food » vous interpèle, sachez que vous trouverez une mine d’informations sur les bienfaits de ce type d’alimentation, ainsi que des « partitions-recettes » pour mettre en musique la délicieuse et innovante cuisine du Chef Marie-Sophie L, dans son livre « l’alimentation crue, une réponse aux dérives alimentaires ».

    N’hésitez pas à naviguer sur son site, de nombreuses vidéos vous y attendent.

    https://linstantcru.com