Galette d’automne, avocado cream et carottes rainbow…

DSC_0145.JPG

Une pluie de miel caresse désormais les jardins.

La lumière douce apparait en filigrane derrière chaque branche d’arbre, et même si officiellement l’été s’en est allé, ces derniers jours, il nous a semblé qu’il rebroussait chemin pour venir chercher les rayons qu’un soleil bienveillant avait laissé tomber par mégarde.

Il suffit de se promener en forêt  pour ressentir des émois quasi primaires au contact de cette somptueuse nature automnale.

Respirer à pleins poumons l’odeur de l’humus, se délecter des craquements de feuilles et de glands sous nos pas, écouter ce silence si grandiose fait de mille petits bruits imperceptibles.

S’immerger.

Prendre un grand bain de nature, de couleurs, de vie, comme on plonge du haut d’une falaise dans les eaux iodées et vivifiantes de l’océan.

Les camaïeux terracotta, bruns, pourpre qui caressent les feuilles des arbres, font danser tous nos sens, imprimant dans chacune de nos cellules leur belle énergie, l’ADN de la vie, et à mesure que les branches se dénudent dans une chorégraphie pudique et subtile, nous restons là, éblouis, face à ce spectacle divin.

Dans quelques semaines, comme l’été l’a fait avant lui, l’automne tirera sa révérence pour laisser doucement s’installer l’hiver, et tout comme nous le fûmes de la belle saison, celle qui lui succèdera, nous laissera nostalgiques.

Nostalgiques de ses couleurs, de sa douceur, de tous les jolis souvenirs que nous y avions tricotés.

DSC_0223.JPG

Le passé possède le pouvoir de faire d’un simple souvenir un moment féérique, d’une simple absence, un abîme.

Les détails de notre quotidien se succèdent, et nous n’avons pas toujours conscience que, de la manière dont nous  les aborderons aujourd’hui, dépendront nos états d’âme de demain.

Enchainer les instants de vie comme on croque dans une pomme juste pour calmer sa faim, sans conscience, sans conséquence, sans prendre le temps de sentir couler doucement chaque goutte de sucre dans sa gorge, sans apprécier la texture ferme et légèrement granuleuse du fruit, la rondeur de sa chair, ses notes acidulées, c’est s’exposer à un risque.

Celui de regretter.

Regretter de ne pas avoir su profiter d’une occasion, aussi anodine soit-elle, et que cet évènement consommé par omission, vienne demain nous hanter, nourrir notre mélancolie, notre spleen.

Et aussi vrai que l’automne est le printemps de l’hiver, l’instant qui précède est toujours le printemps de celui qui suit, alors soyons attentifs, ouverts à chaque proposition et vivons-la réellement comme un cadeau, un « présent » 😉

Entourons chaque petit instant de vie, le plus beau comme le plus pénible, d’un ruban de soie rose et parcourons-le avec attention, conscience, amour, bienveillance.

Traversons dés aujourd’hui toutes ces scènes, exactement comme on aura envie de s’en souvenir dans dix ou vingt ans, histoire de ne pas avoir, le moment venu, à regarder par dessus l’épaule 😉

Et pour éviter d’être nostalgique quand viendra l’hiver, célébrons tout de suite l’automne dans ce qu’il a de plus festif, de plus flamboyant avec une recette haute en couleurs, une envolée de saveurs, de textures, de promesses…

Une base légère et facile à réaliser inspirée de la socca de Nice, ma ville de coeur, et d’une crème verte et soyeuse sur laquelle faire éclore un arc en ciel de couleurs.

 

DSC_0164.JPG

Des carottes multicolores, des betteraves, légumes racine reliés directement à la terre l’élément fort de la saison, riches en anthocyanes, des pigments naturels, source de vitamine E, bons pour notre peau, mais aussi des vitamines A et C pour un effet antioxydant maximal.

De la farine de pois chiche, qui conserve toutes les propriétés de cette  légumineuse à très haute teneur en protéines et en lipides assimilables, des fibres, des vitamines dont la vitamine B9 indispensable au bon fonctionnement de nos globules rouges.

Mais aussi des oligo-éléments nécessaires au bon développement du métabolisme, agents protecteurs majeurs contre les radicaux libres dont le manganèse et le cuivre présents à profusion.

Ils interviennent dans de nombreux processus métaboliques, en particulier dans la préservation de la membrane entourant les cellules de l’organisme, une protection indispensable pour lutter contre le stress oxydatif responsable de certains cancers, des maladies coronariennes, neurodégénératives et du vieillissement cutané.

Précisons que la farine de pois chiches est totalement dépourvue de gluten.

DSC_0213.JPG

Ce qu’il me faut pour 4 personnes 

La galette :

  • 60 g de farine de pois chiches
  • 10 cl d’eau
  • 2 cs d’huile d’olive
  • sel, poivre
  • 1 cc de graines de fenouil
  • 2 cs d’estragon émincé
  • 2 cm de gingembre râpé

La crème :

  • 2 avocats mûrs
  • le jus d’1/2 citron vert
  • 100 g de pois chiches cuits et égouttés
  • 1 cs de tahini
  • sel, poivre

La garniture :

  • 1 carotte pourpre
  • 1 carotte jaune
  • 1 carotte orange
  • 1/2 betterave Chioggia
  • quelques feuilles de coriandre
  • une poignée d’amandes effilées ou de pignons de pin

DSC_0190

C’est parti !

J’allume le four à 200° et prépare ensuite la galette en mélangeant les ingrédients qui s’y rapportent dans un bol, pour verser ensuite la préparation dans un moule à tarte recouvert d’un papier sulfurisé.

Je laisse cuire environ 5 min, la galette doit être bien dorée.

Pendant ce temps je prépare la crème, qui s’apparente à une sorte de houmous d’avocat.

Pour cela il me suffit de mixer les pois chiches égouttés avec les avocats, le tahini, le jus de citron,  le sel et le poivre.

Bien entendu, vous pouvez ajouter de l’ail si vous aimez ça, ou du piment, moi je préfère une version plus soft.

Mixez jusqu’à obtenir une crème lisse et soyeuse, n’hésitez pas à ajouter un peu d’eau si ce n’est pas le cas.

Puis déposez là dans une poche à douille.

Une fois la galette refroidie, il ne reste plus qu’à la garnir avec le houmous d’avocat, pour y faire fleurir de jolies pétales de carottes rainbow ponctuées de betterave Chioggia. Pour cela il suffit de découper à l’économe de longs rubans que vous roulerez sur eux-mêmes.

DSC_0141.JPG

Quelques pluches de coriandre, et pourquoi pas quelques amandes effilées juste dorées à la poelle ou quelques pignons et vous pourrez croquer dans cette galette généreuse et réconfortante.

DSC_0150.JPG

La preuve que l’on peut toujours combattre la grisaille, quelle que soit la saison, idem dans vos coeurs et quel que soit le terreau de base.

Laissez s’envoler les mauvaises pensées et tout ce qui vous encombre au vent d’automne pour ne cultiver que bienveillance, joie et bonne humeur 😉

Patate douce surprise …

 

DSC_0272
Parce que l’on n’a pas toujours le temps ni l’envie, de passer des heures en cuisine…
Parce que les choses les plus saines et les plus simples, s’avèrent toujours être les meilleures…
Parce que l’été touche à sa fin et que les moments privilégiés de partage, en famille ou entre amis restent, à juste titre notre priorité.
Des aliments sains et délicieux, vite préparés et qui nous aident en douceur à refermer l’album de vacances pour se caler à nouveau sur le rythme de la rentrée, voilà ce dont nous avons besoin.

 

Quitter le yang, saison estivale où l’énergie avait atteint son maximum, des jours longs,  une chaleur puissante, soleil, abondance, pour se diriger lentement vers l’automne, saison yin, plus fraîche, lunaire, espace de transition, véritable choc entre l’apogée de l’énergie estivale et celle du calme abordant l’hiver.

Saison d’intériorisation.

La nature elle aussi ralenti son rythme.

Les journées se font plus brèves, les matins plus frais, les chants d’oiseaux plus lointains.

Chaque rayon de soleil s’envisage comme un cadeau, un oubli de l’été, un crayon de couleur tombé du cartable qui diffuse du bleu sur notre horizon.

Comment basculer de l’été à l’automne sans filet ?

Difficile d’accepter la logique improbable du calendrier qui en vingt-quatre heures voudrait nous faire changer de saison, en nous retirant tout ce qui a fait notre bonheur des semaines durant, pour soudain nous mettre au gris.

Heureusement il existe ce que les uns appellent l’intersaison, et les autres la 5ème saison, trait d’union entre ce qu’il faut laisser partir, ce qui n’a plus lieu d’être, et ce qui vient, mais n’est pas encore là…

Comme une passerelle, une petite échelle de bois, que l’on déroulerait au gré du courant pour traverser la rivière sans mouiller nos chaussures.

Passer de la saison mourante à celle naissante….En douceur…

Equilibrer les déséquilibres de nos états énergétiques grâce à l’enracinement à la terre, notre point d’ancrage, pour tempérer et harmoniser, tout en s’allégeant du superflu.

 

Ecouter son corps, ses envies de douceur, de couleur, de réconfort, et se faire plaisir, avec tous les aliments qui nous font du bien.

Et la patate douce, sensuelle et suave, petite boule d’énergie, et de lumière, en fait partie.

Elle se logera volontiers dans nos lunch box de rentrée, pour célébrer la fin de l’été de manière complète, festive et joyeuse et aborder l’automne avec enthousiasme.

Pourquoi on va l’adorer ?

Parce qu’elle se décline en mille  recettes, et parce que sa peau solide et sa chair onctueuse peuvent servir d’embarcation d’un jour, à de jolis légumes et céréales pour une escapade healthy…

Pépite nutritionnelle, elle est riche en cuivre, manganèse, vitamines A et B6, elles déborde d’anthocyanine réputée  diminuer les risques de développer un cancer du côlon, et de bêta-carotène pour conserver son joli teint de vacances.

 

Aliment beauté grâce à son super pouvoir antioxydant, elle répare notre peau soumise aux agressions du soleil, vent et sel, et réduit le mauvais cholestérol.
Protecteur  hépatique, antidiabétique elle booste notre système immunitaire tout entier et en cette période de transition climatique il est bon de se savoir protégé.

Association gagnante avec le quinoa, qui nous permet de faire le plein de protéines végétales puisqu’il est l’un des rares à  posséder tous les acides aminés essentiels à l’organisme. Dans la majorité des cas, seuls les produits d’origine animale assurent un apport en acides aminés aussi complet.

Pour résumer, disons que la petite graine des Andes fait le même job que la viande, mais en mieux puisqu’elle est plus digeste, et beaucoup moins grasse.

Sans oublier les nombreux minéraux et vitamines qu’elle contient, notamment du groupe B, qui permettent au corps de mieux assimiler les protéines.

Jugez plutôt :

  • riche en magnésium, le quinoa détend les muscles, aide à réguler la tension artérielle, à abaisser le taux de stress, et permet un sommeil de meilleure qualité. Autant d’actions positives pour conserver ou retrouver un bon moral.
  • riche en tryptophane, un acide aminé essentiel qui favorise également un sommeil réparateur et améliore l’humeur en stimulant la production de sérotonine, un neurotransmetteur appelé hormone du plaisir ou de la bonne humeur.
  • à index glycémique bas, le quinoa est également un véritable allié de la digestion.
  • riche en fibres il rassasie et stimule doucement le transit.
DSC_0308.JPG
Les crudités tels que le chou rouge et l’avocat apporteront leurs vitamines et leur fraicheur contrastante avec la chair de la pomme de terre juste rôtie…
L’expérience vous tente ?
Ce qu’il me faut pour 4 personnes :
  • 4 patates douces de taille moyenne
  • 150 g de quinoa cuit
  • 65g de noix
  • 1 gousse d’ail émincée
  • 2 cs d’huile d’olive
  • Sel & poivre
  • 1 cc de cumin
  • 1 cc de gingembre râpé
  • 1 cc de graines de fenouil
  • 2 cs de graines de sésame noir
  • 1/4 de chou rouge râpé
  • 2 avocats mûrs
  • 3 cs de pois chiches cuits et égouttés
  • quelques feuilles de menthe
  • 1-2 cuil. à soupe d’eau
DSC_0271.JPG
C’est parti !
  1. Préchauffer le four à 200 C. Percer les patates douces plusieurs fois avec une fourchette. Recouvrir une plaque de papier sulfurisé et y déposer les patates douces. Enfourner pendant une heure ou plus si besoin, jusqu’à ce qu’elles soient bien tendres et rôties.
  2. Pour la garniture de quinoa-noix : placer les noix dans un mixeur et pulser 2 ou 3 fois pour les couper en tout petit morceaux.
  3. Faire chauffer de l’huile dans une large poêle, puis ajouter le quinoa cuit, les noix  l’ail, les épices ainsi qu’un peu d’eau pour humidifier l’ensemble. Faire mijoter quelques minutes à feu moyen.
  4. Râper ensuite le chou rouge
  5. Pour la crème d’avocat : placer tous les ingrédients (avocat, menthe, sel, poivre, pois chiches, eau) dans un blender et mixer jusqu’à l’obtention d’une consistance douce et crémeuse.
  6. Assembler les patates douces en les coupant en deux dans le sens de la longueur et en les garnissant du mélange noix-quinoa. Réhausser de la crème d’avocat et ajouter le chou rouge, saupoudrez de sésame noir, et dégustez sans attendre !

DSC_0309.JPG

La texture fondante et sucrée de la patate, viendra se marier à merveille avec le croquant du chou rouge, pendant que les petits grains de quinoa exploseront en bouche, suavement nappés de crème d’avocat et soulignés par les éclats de noix… Goûtez c’est une expérience unique qui vous attend 😉

 

DSC_0292.JPG

Tout ce qu’il vous faut pour faire le plein de protéines végétales avec l’association pseudo céréales (quinoa) et légumineuses (pois chiches), des légumes joyeux et colorés pour la bonne humeur, du goût, du crunchy, le bonheur quoi 😉

 

Crème douceur, avocat et cacao cru…

dsc_0348-1.jpg

Parfois la nourriture agit comme un pansement.

Pansement émotionnel aux visées compensatoires en période de turbulence, stress, frustration, ennui ou mal-être…

On mange, et à fortiori on mange sucré pour se rassurer, se faire plaisir, installer une sorte de petite bulle entre nous et le monde, kit de premier secours face à des émotions qui nous submergent et que l’on n’est pas en mesure d’accueillir.

Ce n’est donc pas l’aliment que l’on recherche mais ce qui se cache derrière lui, son effet « doudou ». Anesthésier, le temps d’une cuillerée, un trop plein d’émotion qui nous grise et nous fait perdre l’équilibre.

En théorie, la solution consisterait à apaiser l’esprit, dissiper l’anxiété, les peurs, les angoisses, pour retrouver la pleine et consciente sensation de se nourrir avec raison et plaisir, et non de remplir un vase dont on ne perçoit plus le fond.

Et c’est justement l’acte de conscientiser ce que l’on avale qui nous ramène à nos propres sensations, à ce plancher de satiété, confortable et rassurant.

Mais si la théorie semble accessible, la pratique s’avère, elle, plus héroïque…

Comment éviter ces pensées limitantes qui nous tricotent un scénario si lointain de la réalité? Notre mental, sait parfaitement cloner le réel, à tel point qu’il nous bluffe et nous rend prisonnier de ses injonctions …

Par un ancrage à sa respiration, on peut laisser le souffle conscientiser, calmer les émotions et comprendre quelles sont les circonstances, les pensées, qui ont provoqué cette surcharge émotionnelle.

Puis, tenter de la désamorcer en remontant lentement la rivière à contre-courant en changeant d’itinéraire. Sortir du cadre, pour affranchir l’esprit de ses ruminations, briser le bocal, et ressentir enfin le bonheur de nager hors du lagon.

Laisser infuser ses idées dans une eau propre, fraîche et cristalline…

Et si l’appétence subsiste c’est qu’elle était « envie » et non « besoin ». Dans ce cas ouvrir grands, portes et fenêtres, et céder joyeusement et sans le moindre jugement à l’appel du chocolat, version crème,  savoureuse et  légère.

Celle-ci se prépare le temps d’un battement d’ailes de papillon et se déguste avec plaisir et conscience.

Douce et veloutée, aux accents épicés très cacao, sans la moindre petite lichette de sucre, de mauvaises graisses, ou de lait de vache, que l’on pourra agrémenter de jolis fruits de saison bien mûrs…

DSC_0351.JPG

Pile poile ce qu’il nous faut pour les jours d’énergie dans les tongs,  car le cacao cru augmente le taux de sérotonine, hormone du plaisir, stimulant ainsi optimisme et bonne humeur.

Idem pour la banane qui avec son taux de magnésium au top va compenser notre petit coup de mou.

La Cardamome, quant à elle, est une épice que l’on retrouve dans les plats indiens et asiatiques, elle possède de nombreuses propriété :

  • Aide à la digestion
  • Antiseptique
  • Source de calcium et de magnésium
  • Source de vitamine B2 et B6

Et si à cela on ajoute les bonnes graisses de l’avocat, qui contentent le corps, le coeur et l’esprit, on obtient une recette à tester de toute urgence et à introduire dans notre jolie routine d’été…

DSC_0331.jpg

Ce qu’il me faut pour 4 jolis petits pots :

Du green et rien que du green 😉

  • 1 bel avocat mûr à point
  • 1 banane bien mûre aussi
  • 4 cs de cacao cru en poudre
  • 3 ou 4 dattes
  • 1 gousse de cardamome
  • quelques noisettes torréfiées
  • 1 cc d’éclats de fèves de cacao cru (facultatif)
  • du lait d’amande
  • des fruits de saison (facultatif)

DSC_0384.JPGC’est parti !

  • je coupe l’avocat pour en prélever la chair
  • j’en fait autant avec la banane
  • Je verse joyeusement tout ce petit monde dans un blender en ajoutant les dattes dénoyautées, les grains de cardamome, et le cacao cru.
  • Garder le lait d’amande à portée de main au cas où, tout dépend de la consistance souhaitée.
  • et mixer…
  • puis verser dans de jolis petits bols.

DSC_0273.jpg

Ne pas oublier le topping : quelques fruits frais, ou déshydratés, noisettes, graines, éclats de fèves de cacao cru…

DSC_0387.jpg

On parie que cette petite crème vous fera fondre de plaisir tout l’été ?