Cocotte de légumes de printemps à l’ail des ours…

DSC_0291.JPG

Très souvent en cuisine, les associations les plus simples sont de loin les plus savoureuses et les plus justes.

Alors pour ces jours incertains, de printemps-automnal, il est bon d’avoir un plat facile à réaliser, réconfortant et délicieux, auquel s’ancrer.

Cette année la belle saison se fait follement désirer et ne reçoit que sur rendez-vous. Fugace et insaisissable, clandestine et éphémère, elle reste sourde à tous nos SOS…

Mais l’écho de son absence fait cependant résonner en nous comme une douce envie de remettre nos compteurs internes à zéro.

Privilégier une nourriture légère, saine et de qualité, pour gagner en détoxication et en vitalité, reste le moyen le plus sûr d’avancer vers l’été.

Parmi toute la diversité qu’offre la nature, l’alimentation constitue indiscutablement l’une de nos principales ressources, ou tout au moins celle dont nous avons le plus conscience. Il est donc important de consommer des aliments frais, chargés en énergie positive, comme les fruits et légumes cultivés de manière raisonnée, les graines et céréales, par opposition à tout ce qui est fermenté, congelé, mis en conserve, rassis ou mort, qui en est  dépourvu.

Et cette précieuse énergie vitale est présente partout, à travers  l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons, le soleil qui nous réchauffe.

On la nomme « prana » dans la spiritualité indienne, tandis que les  Chinois la connaissent sous le nom de Chi.

Elle anime tous les êtres vivants, et son manque ou sa mauvaise circulation à travers les méridiens de notre corps, peut sérieusement affecter notre bien-être voire même  notre bonne santé.

Ce souffle de vie rythme également les échanges que nous entretenons les uns avec les autres.

N’avez-vous jamais remarqué combien certaines personnes vous inspirent, vous galvanisent, vous donnent des ailes, alors que d’autres ont tendance à vous limiter, vous plomber, en se branchant directement sur votre batterie énergétique, elles vous vident de toutes vos ressources, de tout votre dynamisme, de toute votre bonne humeur…

Changer ses perceptions vis à vis de la nourriture, permet de mieux goûter à la vie, de s’ouvrir à une autre dimension qui apporte santé et bien-être physique, mais aussi équilibre psychique et émotionnel.

Faire le choix de laisser les légumes occuper le devant de la scène, c’est accueillir soleil, dynamisme et bonne humeur…quelle que soit la météo 😉

DSC_0300.JPG

Vous pouvez compter sur l’ail des ours pour magistralement sublimer ces légumes, de son goût fleuri, léger et subtil.

C’est une variété d’ail sauvage, que l’on récolte au Printemps dans les sous-bois humides, et qui, dit-on serait le met favori des ours au sortir de leur longue période d’hibernation.

Il possède les mêmes propriétés que son cousin cultivé, mais décuplées comme c’est souvent le cas pour les plantes que l’on cueille à l’état sauvage.

Pourquoi il va devenir notre meilleur ami :

  • C’est une plante alimentaire qui a aussi des propriétés médicinales.
  • Il est très riche en vitamine C.
  • Il contient aussi du soufre, du silicium, du fer, du manganèse, du zinc … et d’autres vitamines B1, B2 et E.
  • C’est un stimulant général de l’organisme.
  • C’est un vermifuge (élimine les parasites intestinaux) très populaire tout comme l’ail commun.
  • Son action dépurative permet d’éliminer les toxines de l’organisme. C’est notamment un chélateur des métaux lourds grâce aux composés soufrés qu’il contient, rendant mercure et plomb solubles dans l’eau, et facilitant ainsi leur élimination de l’organisme.
  • C’est un antiseptique et antibiotique général grâce à la molécule d’alliine qu’il contient. Il désinfecte l’intestin.
  • Il a un effet hypotenseur et diminue le taux de cholestérol.
  • Il possède également une action fluidifiante qui permet de lutter contre les thromboses.
  • On lui attribuerait aussi des vertus amincissantes.

Bref, on l’a compris c’est une plante détox qui nettoie et assainit notre organisme, et même si cette année il sera peut-être question de zapper purement et simplement le maillot de bain, pour cause de bug climatique, pour l’heure, on n’est pas contre un petit effet détox, non ?

Alors bien-sûr si vous n’avez pas la chance d’avoir un sous-bois humide à portée de cueillette, et des ours bienveillants prêts à partager le butin dans votre voisinage, vous pouvez cependant trouver votre bonheur sur les étals des marchés, ou l’acheter déshydraté à basse température, dans les magasins bio.

DSC_0302.JPG

Ce qu’il me faut pour 4 personnes :

  • 2 courgettes
  • 150 g de petits pois
  • 5 branches de chou kale
  • 150 g de pois gourmands
  • 2 cm de gingembre
  • 1 poignée de pousses de soja
  • quelques pistaches non salées concassées
  • 2 cs d’huile de coco
  • 1 cs de purée de noix de cajou
  • 1 bouquet d’ail des ours
  • quelques radis
  • 1 botte d’asperges vertes
  • bouillon de légumes

C’est parti :

  • je commence par laver et éplucher tous les légumes, les tailler en rondelles pour les courgettes, et en longueur pour les asperges. J’écosse les petits pois et ôte les queues des pois gourmands. Je conserve uniquement les feuilles du chou kale et supprime la partie centrale dure et impropre à la consommation.
  • je fais ensuite cuire tous les légumes à la vapeur douce 95° pour conserver leurs propriétés nutritionnelles et leur jolie couleur verte, pendant 15 minutes environ.
  • je conserve ensuite quelques asperges que je mixerai avec la purée de noix de cajou  et un peu de bouillon de légumes pour obtenir une petite sauce onctueuse.
  • puis je verse l’huile de coco dans une cocotte et fais revenir rapidement tous les légumes, avec le gingembre râpé.

DSC_0318.JPG

  • j’ajoute l’ail des ours, les pousses de soja et quelques radis taillés à la mandoline.
  • Je dresse le plat en nappant de crème d’asperges et saupoudre de pistaches concassées pour un fini « crunchy ».

DSC_0304.JPG

Et voilà un petit plat vite fait, qui vous mettra à coup sûr, en mode « happy »!

N’hésitez pas à l’accompagner d’un petit bol de riz complet, ou de quinoa, pour un repas plus complet.

 

Houmous sur crackers à la pulpe de carottes et graines …

DSC_0002.JPGMême si cela ne se ressent pas comme une évidence, le Printemps s’est invité à nos balcons…Il sort en douceur la nature de son sommeil hivernal, inondant d’ici peu de sa belle robe d’or  champs et jardins, ajoutant de précieuses minutes de lumière à chacune de nos journées, éveillant notre conscience au renouveau.

Crocus, perces neiges, jonquilles, aboliront définitivement les teintes tristes et monochromes de l’hiver et envahiront la toile de jaune soleil.

Il sera alors grand temps pour les hibernants d’ouvrir les volets, pour les abeilles de faire délicieusement vibrer nos oreilles de leurs doux bourdonnements et pour la terre de se débarrasser enfin de son lourd manteau afin de s’offrir, féconde, aux timides rayons du soleil.

Ce renouveau est toujours source d’émerveillement, il nous invite à nous calquer sur le rythme de la nature, allégeant notre corps et notre esprit, fermant la parenthése agitée d’une saison qui nous gêne de trop durer, aspirant désormais à plus de lâcher prise, de fantaisie, d’allégresse, de liberté.

Au fur et à mesure que la nature s’éveille au Printemps, nous nous éveillons à nous même, par effet de miroir…On s’introspecte en prenant conscience de ce qui vit en nous, le fourmillement des pensées, le flot de sentiments, la vibration des énergies.

Pour certains un simple dépoussiérage de leurs  tiroirs émotionnels suffira, pour d’autres, restés trop longtemps sourds au chant des oiseaux intérieurs, un inventaire plus détaillé de ce merveilleux fouillis s’imposera…Et à mesure que la nature fait éclore ses bourgeons, notre paysage intérieur fleurit.

On détoxifie, on vide, on trie, on jette, on libére de l’espace pour ce qui compte vraiment : nous et notre bien-être, la relation que l’on entretien avec les autres.

Car, oui, tout cela n’a de sens que si l’on peut ensuite restituer sans compter cette belle part des anges, cette portion d’humanité…

Entrer en résonance, rechercher le contact, le lien social, confronter nos idées, partager nos rêves, échanger, sentir le flot de la vie nous traverser…

C’est bien ça l’essentiel, non? Et la cuisine sous toutes ses formes est souvent à l’origine d’un moment de convivialité, d’échange et de partage.

Aujourd’hui il est question de houmous, célèbre plat du Moyen-Orient, qui agit très souvent comme un aimant, attirant à lui tant les crudités  que les amis…Si en plus on l’accompagne de crackers délicieux et « healthy », que l’on peut tartiner et faire croustiller sans compter, il n’y aura plus aucun doute sur l’existence du Printemps, du moins dans notre assiette 😉

Pour les crackers à la pulpe de carottes et aux graines :

 

DSC_0038.JPG

Ce qu’il me faut :

DSC_0004.JPG

  • 100g de carottes râpées ou d’okara ( résidu obtenu après extraction du jus de carottes)
  • 60g de farine (ou poudre) d’amandes ou de noisettes
  • 90g de mélange de graines (lin, sésame, tournesol, courge…)
  • 50g de crème de cajou ou de tahini
  • 2 cc de Tamari ou Shoyu
  • 1 cm de gingembre râpé
  • 1 cc de poudre de graines de fenouil
  • sel, poivre
  • 2 cs d’herbes (coriandre, persil, estragon, ciboulette…)
  • Eau seulement si nécessaire

C’est parti !

L’avantage avec ces petits crackers c’est que l’on n’utilise ni farine ni beurre.

  • Je commence par préchauffer mon four à 130 ° C.
  • Puis je lave les carottes et les râpe sauf si je possède un extracteur et que je viens de me faire un délicieux jus de carottes, au lieu de jeter la pulpe je l’utilise pour réaliser ces crackers,  cela permet de recycler c’est une idée qui me séduit  😉
  • J’incorpore ensuite le reste des ingrédients, farine d’amande (qui est plus fine que la poudre d’amandes, mais vous pouvez utiliser cette dernière si vous n’avez pas de farine),  les graines grossièrement concassées, le tahini, le tamari, les herbes…dans un bol et mélange le tout avec une  spatule.

DSC_0013.JPG

  • Le but étant d’obtenir un composé compact et collant. Ajoutez une cuillère à soupe d’eau si besoin.

DSC_0014.JPG

  • Lorsque la pâte est ferme et collante, je la place sur une feuille de papier sulfurisé tapissant une plaque de cuisson, puis je recouvre d’une deuxième feuille et roule avec un rouleau à pâtisserie pour l’aplanir  plus facilement.

DSC_0015.JPG

  • Je roule jusqu’à ce que la pâte ait une épaisseur de 2 mm environ.

DSC_0020.JPG

  • Puis avec une roue à ravioli (ou un couteau) je trace des bandes de manière à obtenir des rectangles prédécoupés, qui une fois cuits pourront se détacher sans casser…

DSC_0016.JPG

  • Si vous préférez une option plus rustique, vous pouvez zapper cette étape, et vous briserez la pâte une fois cuite comme bon vous semble;-)
  • Laisser cuire 1/2 heure environ .

DSC_0027.JPG

  • On attend que cela refroidisse et on déguste généreusement tartiné de houmous !

DSC_0009.JPG

  • Ces petits crackers peuvent se conserver 4-5 jours dans une boîte métallique à condition de ne pas y avoir goûté avant….

Pour les houmous :

DSC_0134.JPG

Deux versions, sur les innombrables qui s’offrent à nous, car une fois définie la version de base, on peut laisser aller sa créativité à l’infini…

Ce qu’il me faut pour la recette de base :

  • 1 boîte de pois chiches égouttés
  • 1 cs d’huile d’olive
  • 1 cs de tahini
  • 1 jus de citron
  • 1 gousse d’ail
  • 2 cm de gingembre râpé
  • sel et piment d’espelette

DSC_0018.jpg

C’est parti !

Savez-vous que les pois chiches en plus d’être une source incontournable de protéines, de fibres et de nutriments, offrent aussi de la vitamine A, B6, C, E et K, du calcium, du phosphore, du potassium, du zinc, du magnésium, du fer et du sodium?

On aurait tort de s’en priver, d’autant que la réalisation de la recette s’avère vraiment ultra simple et rapide, il suffit d’avoir un bon blender, et d’y verser tous les ingrédients.

N’hésitez pas à ajouter un tout petit peu d’eau si nécessaire.

Moi j’aime bien passer la préparation au tamis, pour la rendre plus soyeuse, surtout si on la travaille à l’assiette, mais ce n’est pas une obligation 😉

Quelques crudités, taillées à l’emporte pièce, des crackers émiettés, et voici une petite entrée élégante, soignée et très printanière…

DSC_0003.JPG

Pour la version haricots rouges :

Même job, il suffit de remplacer les pois chiches par des haricots rouges, et le tahini par de la purée de noix de cajou…d’ajouter des épices (cumin, coriandre en poudre…)

dsc_00011.jpg

Laissez libre cours à votre imagination…C’est le Printemps !

DSC_0001.jpg

On mixe le tout, et après avoir déposé un peu de crème sur le fond d’une assiette, on utilise 2 crackers pour former une sorte de mille feuilles (mais à 2 feuilles uniquement) farci de houmous que l’on dépose délicatement à la poche à douille, quelques crudités autour, et c’est tout !

DSC_0042.JPG

Vous pouvez ajouter à votre houmous de pois chiches une petite betterave crue que vous mixerez avec la préparation pour un joli rendu carmin, ou bien inviter deux gros poivrons grillés et épluchés à la recette de base…

Bref, no limit à la création et au plaisir 😉

 

Mon curry de légumes au lait de coco…

DSC_0131.JPG

Pluie, vent, neige, l’hiver nous enveloppe de ses doux frimas, et pour lui survivre il nous faut sans tarder du réconfort…Des petits plats à effet de « couette » qui nous enveloppent de douceur tout en nous dynamisant, nous réchauffent mais sans nous plomber, bref, nous ancrent dans le plaisir…

Rentrer chez soi, après une longue journée exposée aux intempéries, à la foule, au bruit, aux aléas des moyens de transports, tantôt retardés, tantôt annulés, devient  un exploit ! Il nous faut être de supers-héroines pour tenir la cadence, sans parler des virus qui tentent par tous les moyens de nous attirer dans leurs filets…

Alors quand on parvient  enfin à glisser la clef dans la serrure, à ôter ses bottes, ranger son manteau, et à se retrouver en terrain connu, dans le périmètre de sécurité de son sweet home, on n’a qu’une envie, c’est d’un diner rapide et simple à préparer, qui tienne ses promesses et nous fasse oublier que dehors c’est l’hiver…

 

DSC_0122.JPG

Juste quelques bons légumes de saison, pour leurs texture veloutée, et leurs vitamines, des épices pour nous réchauffer et booster notre immunité, et du lait de coco pour lier le tout avec douceur et légèreté.

Savez-vous que les bienfaits du curry sont nombreux et qu’en plus de sa saveur unique prête à relever n’importe quel défi culinaire, c’est une épice anti-vieillissement, grâce au gingembre, à la coriandre et au curcuma qu’elle contient et qui lui confèrent une teneur en antioxydants très intéressante…De plus, elle favorise la digestion et le poivre noir, souvent présent dans sa composition stimule la sécrétion de sucs gastriques pour aider au processus digestif.

C’est aussi un antispasmodique, qui atténue les douleurs de l’estomac.

Le magnésium également présent en quantité notable, va aider au fonctionnement des muscles, des nerfs mais aussi des intestins.

L’action antioxydante du curry provient de la vitamine E, qui est présente également dans l’épice.

Alors il est vrai que l’on utilise que quelques grammes de curry dans les recettes, mais ces bienfaits conjugués aux nombreuses vitamines déjà présentes dans les légumes, nous apporteront tonus et réconfort.

Comment booster l’immunité ?

Grâce aux nombreux bienfaits des légumes :

  • les carottes pour faire le plein de vitamine A. Elle va stimuler la prolifération des globules blancs et la production d’anticorps. Ainsi, le manque de vitamine A réduit la réponse immunitaire à certains virus dont celui de la rougeole, qui malheureusement fait son grand retour parmi nous, et à certaines bactéries dont celle du tétanos. De plus, elle est essentielle au maintien de la fonction barrière, de la muqueuse intestinale. Mais ce n’est pas tout puisque ce joli légume coloré contient également des vitamines du groupe B, de la vitamine K et un peu de vitamine C. Côtés minéraux elles apportent aussi une quantité intéressante de potassium, calcium, magnésium et fer.
  • le choux fleur pour faire le plein de vitamine C. Parmi les propriétés anti-fatigue de la vitamine C, on retrouve sa capacité à favoriser l’absorption du fer. Antioxydante, elle protège les globules blancs de l’oxydation et augmente leur mobilité. Elle stimule aussi la production de l’interféron, une molécule produite par les cellules du système immunitaire pour détruire les microbes. Le chou-fleur est riche en vitamine C. Il constitue aussi une bonne source de vitamines du groupe B, et apporte une petite quantité de provitamines A (carotène). Son eau de constitution contient des minéraux : potassium, magnésium et calcium, à des taux élevés. Elle fournit aussi de nombreux oligo-éléments : fer, zinc, manganèse, cuivre, fluor…

Enfin, le lait de coco agit comme un catalyseur et va booster notre vitalité et lutter contre le stress grâce au magnésium qu’il contient, effet relax garanti…De plus, même s’il dénombre 10% de graisses saturées il parvient cependant à augmenter le bon cholestérol grâce à l’acide aurique présent dans sa composition. Mais ce qui nous intéresse au plus haut point, à nous les filles, c’est son action sur la peau, car bourré de cuivre et de vitamine C, il améliore l’élasticité de la peau comme personne!

Je sens qu’il n’en fallait pas d’avantage pour vous convaincre d’essayer 😉 alors on s’y met de suite, vous avez bien quelques légumes qui ne demandent qu’à être chouchoutés, non?

DSC_0074.JPG

 

Ce qu’il me faut  pour 4 personnes:

    • 4 belles carottes de couleur (des carottes oranges feront aussi bien l’affaire)
    • 1 patate douce
    • 1/2 chou-fleur
    • 1 betterave Chioggia
    • 2 c.s. d’huile de coco
    • 1 oignon violet
    • 1 bouillon de légumes
    • 1 cm de gingembre pelé et râpé
    • 2 cc de curry
    • 400 ml de lait de coco
    • quelques noix de cajou
    • quelques feuilles de coriandre

DSC_0071.JPG

C’est parti :
– Je commence par laver et couper les légumes. Je taille quelques rubans à la mandoline que je cuirai au four, pour la déco de mes assiettes (facultatif).
DSC_0070.JPG
– Puis je fais chauffer l’huile dans une cocotte et j’ajoute l’oignon et le bouillon de légumes sans cesser de remuer.
– Je verse les épices ainsi que le gingembre et laisse cuire 1 à 2  minutes.
– Je place mes légumes dans la cocotte et verse la moitié du lait de coco additionné d’un peu d’eau.
– Je mélange, pose le couvercle et baisse le feu pour que mes légumes puissent cuire en douceur et s’imprégner des saveurs coco.
– Pendant ce temps je fais cuire mes rubans de betterave et de patate douce au four une dizaine de minutes à 200°.
– Avant de servir, j’ajoute le reste de lait de coco et fais chauffer le tout quelques minutes.
– Il ne me reste plus qu’à disposer joliment tout ce petit monde, de napper avec la sauce coco curry, ajouter les feuilles de coriandre, les éclats de noix de cajou et déguster 😉

DSC_0084.JPG

La farandole de couleurs est tellement vive et attractive qu’elle ne peut qu’éveiller en nous, émerveillement et gratitude pour cette nature qui nous offre tant de trésors…
DSC_0108.JPG
Vous pouvez aussi accompagner ce curry de légumes d’un joli bol de riz complet…
DSC_0142.JPG
 La preuve que même au coeur de l’hiver on peut trouver du soleil 😉