Veggie bolo …

 

DSC_0181.JPGPas de temps à perdre c’est la rentrée !

Qui dit rentrée, dit course.

Course aux fournitures scolaires, course aux rendez-vous, aux inscriptions, course contre la montre, course à pied pour les plus courageuses, bref, reprise de la routine et donc pas forcément le temps de cuisiner sain.

Et pourtant s’il y a bien deux périodes incontournables dans le calendrier, où l’on a l’impression de reprendre sa vie en main, de gommer les erreurs du passé et de voguer vers un avenir tout neuf, c’est bien janvier et …septembre !

Une remise à zéro des compteurs physiques et émotionnels, un nouveau départ, une page blanche, sur laquelle laisser s’exprimer en toute liberté et en toute conscience, nos nouvelles envies.

Mais attention, le but n’est pas de prendre des engagements que l’on ne pourra pas tenir.

Inutile de tout remettre en question, parfois il suffit d’un petit recadrage de ses anciennes habitudes pour être en totale cohérence avec ses besoins actuels.

Adoucir chaque matin en posant avec bienveillance une intention, peut contribuer à rendre enivrantes, fleuries et lumineuses comme un jardin d’été, chacune de nos journées…

Se contenter d’être ce que l’on est, et l’être complètement, car au fond le but ce n’est pas d’atteindre la version 2.0 de nous-même, de tout détruire, révolutionner, bouleverser, faire exploser…pour finalement reconstruire à l’identique, car, il faut bien l’avouer, les vieilles habitudes ont tendance à s’accrocher, comme les coquillages sur le dos des baleines…

Prenons plutôt conscience de ce qui vit en nous, cultivons notre différence, aménageons de petites béquilles en bois flotté qui nous aideront à traverser les difficulté avec sérénité, humour.

Repeindre les heures noires et bleu, apprendre à s’aimer, postulat de base, si l’on veut être en mesure d’aimer les autres…

Et il en va de même pour ce que nous mangeons. Il n’est nullement question de faire table rase de nos anciens principes, qui font écho à notre éducation, notre histoire personnelle, nos goûts, notre culture, notre philosophie, notre éthique…

Repenser les contours des tendances que l’on voudrait leur donner, rester sourd à toute forme de manipulation commerciale et ne laisser aucun individu influencer notre ligne de conduite.

Car au fond la seule personne qui sait vraiment ce qui est bon pour elle, c’est bien nous, non?

Alors, faisons-nous confiance !

Et ouvrons-nous, ouvrons-nous aux possibles…Faisons voler en éclat les postulats, les règles, et partons à l’aventure !

Pour preuve : cette recette de bolognaise.

Les omnivores y verront une expérience nouvelle, la découverte d’une étape  non carnée mais délicieuse, les autres enrichiront peut-être leur paysage culinaire d’une inspiration nouvelle.

La cuisine regorge de mondes à explorer, de sentiers aux allures inaccessibles, menant à de petits paradis goûteux et parfumés, alors à vos boussoles, enfilons nos chaussures de randonnée, et soyons les nouveaux explorateurs du goût !

Ce qu’il me faut pour 4 personnes :

DSC_0158.JPG

  • 200 g de lentilles
  • 3 carottes
  • 600 g de tomates fraiches
  • 1 poireau
  • Huile d’olive
  • Sel, poivre,
  • 1 cc de fenouil en poudre
  • 1 cc de gingembre en poudre
  • basilic
  • 2 cs de levure nutritionnelle
  • pâtes (sans gluten en ce qui me concerne)
C’est parti !
  1. Emincer d’abord finement le poireau puis le mettre dans une poêle avec un filet d’huile d’olive.
  2. Couper ensuite les carottes en brunoise très fine puis les ajouter au poireau quand il a commencé à cuire .
  3. Rincer alors les lentilles que vous aurez fait tremper la veille, et cuisez-les 20 à 30 minutes avec une algue kombu pour accélérer la cuisson et les rendre plus digestes.
  4. Dans une sauteuse, faire revenir les tomates fraiches et coupées en morceaux, les carottes, les poireaux, ainsi que les lentilles cuites, assaisonnez et faites mijoter en remuant de temps en temps, pour que les saveurs et les parfums se mêlent, et que les lentilles prennent une texture souple.
  5. Il ne vous reste plus qu’à faire bouillir de l’eau salée pour y cuire, al dente, des fusilli ou des spaghetti…

DSC_0173.JPG

Incorporez-y ensuite votre sauces sublime et soyez heureux!

DSC_0214.jpg

N’hésitez pas à vous approprier cette recette en y ajoutant des olives finement émincées, ou des câpres…Ah! et n’oubliez pas le basilic, frais de préférence 😉

DSC_0205.JPG

La sauce est généreuse et comble parfaitement l’absence de viande, vous pouvez saupoudrer de levure nutritionnelle pour un petit goût relevé de parmesan…

DSC_0178.JPG

On parie que vous en reprendrez ?