Mon buddha bowl …

IMG_5003.jpg

Le Bouddha Bowl est le superbowl par excellence, la quintessence même d’un repas complet et sain. Il est à la cuisine veggie, ce que la Pizza est à la cuisine Napolitaine ou le rouleaux de Printemps à la cuisine Asiatique:incontournable.

L’avantage c’est qu’il réunit des ingrédients sélectionnés pour leurs qualités gustatives, nutritionnelles et artistiques, car oui le visuel a son importance, il met en scène un véritable feu d’artifice de couleurs de formes de textures, qui explosent en bouche, et rechargent nos batteries en énergie positive.

Bonne mine et happy faces garanties.

Bien connu des foodistas, il inonde instagram de ses love stories et de ses clichés à nous faire saliver de plaisir. Mais ce n’est pas qu’une star de carton, non, il a une véritable légitimité, un rôle à jouer dans notre alimentation : celui de nous régaler tout en nous tenant bien calés jusqu’au repas suivant.

Composé à majorité d’ingrédients bio et amis, la  caractéristique première de la recette du Buddha Bowl, c’est qu’il n’y en a pas, en réalité toutes les versions sont acceptées, pas de censure, c’est un plat mondialiste qui va réconcilier tout le monde, et mettre tous nos sens en émoi, nous apporter du bonheur, un régal pour les yeux avant celui des papilles.

D’où vient la référence au Bouddha? On ne sait pas exactement et chacun y va de sa petite interprétation. Certains voient une ressemblance entre l’apparence ronde et rebondie du bol, et le ventre de Bouddha, d’autres, une référence à l’unique possession des moines bouddhistes, le bol, dont ils se servaient à la fois pour demander l’aumône et pour se nourrir….

A vous de choisir celle qui vous parle le plus, quoiqu’il en soit le message est évident : le Buddha Bowl est une offrande, un cadeau que l’on fait à son corps et à son esprit et qui rassemble l’essentiel de ce qu’il nous faut pour être en bonne forme…

La déclinaison est réalisable à l’infini, et Buddha et moi on est devenus amis, à tel point qu’il s’invite à ma table très très souvent!

Cuit ou cru, veggie ou carné, gros ou petit, tu peux te faire plaisir no-limit.

Mais pour les non initiés la question qui brûle les lèvres, c’est : de quoi est-il réellement composé ?

Et bien l’idée c’est de réunir dans un joli bol, des ingrédients aux super-pouvoirs :

  1. Des légumes frais crus et cuits : ils doivent être consommés au quotidien, ça on l’a compris, car ils nous apportent fibres, vitamines et minéraux indispensables à notre bonne santé. L’avantage du superbowl c’est justement de mixer le cru et le cuit, pour une variété gustative et visuelle intéressante.
  2. Des fruits frais et secs : il n’est pas rare que les fruits subliment les préparations salées, on peut aussi utiliser des fruits secs comme les baies de Goji, les bananes ou grenades séchées, les abricots, riches en potassium qui luttent contre la rétention d’eau.
  3. Des céréales complètes et des légumineuses (lentilles, pois chiches, quinoa, riz, nouilles chinoises…) Leur consommation régulière est fortement recommandée car elles contiennent de bonnes protéines végétales, en particulier lorsque céréales et légumineuses sont associées. Elles peuvent alors très bien remplacer la viande, ou le poisson.Elles nous permettent de faire le plein de fibres, minéraux et vitamines.
  4. Des oléagineux : noix, noisettes, amandes, pistaches, graines de courge…tout ce qui peut nous apporter de bons acides gras, et plus particulièrement des omégas 3, des protéines végétales, des minéraux et oligo-éléments, comme le magnésium anti-stress naturel !
  5. Des graines germées pour la petite touche vivante 😉
  6. Des épices et herbes on n’oublie pas mon chouchou, le gingembre, il est présent partout, c’est un puissant anti-fatigue, anti-inflammatoire et anti-oxydant, le persil, riche en vitamine C, la coriandre, mais aussi les algues comme la spiruline qui apportent plus de 100 nutriments dont la vitamine E (peau, ongles et cheveux) et le fer (20 fois plus que les épinards! )…Penser à prévenir Popeye 😉
  7. Pour les veggie à mi-temps, ils peuvent ajouter un blanc de poulet bio grillé et émincé, des crevettes, ou un oeuf mi-cuit.

IMG_4980.jpg

Ce qu’il me faut pour mon Bouddha Bowl du jour :

  1. 4 ou 5 asperges
  2. Une patate douce
  3. Quelques feuilles de choux rouge
  4. 2 cm  de gingembre
  5. Quelques brins d’estragon, de menthe et (ou) coriandre
  6. 100 g de quinoa (voire plus si l’on veut en conserver)
  7. 1 carotte
  8. 1/2 radis noir
  9. 1 bulbe de fenouil
  10. 1/2 avocat
  11. 1/2 orange à jus
  12. 1/4 de grenade
  13. 1 poignée de roquette ou de mesclun
  14. de l’huile d’olive ou de coco (la quantité dépend des goûts)
  15. 3 cs de tahini
  16. 1 cs de miel
  17. 1 gousse d’ail écrasée
  18. graines de sésame ou de lin moulues
  19. Et un joli bowl (saladier ou assiette très creuse)

On commence par s’occuper des légumes à cuire :

IMG_4982.jpg

Je lave les légumes les taille, et les dépose sur une plaque recouverte d’un papier sulfurisé, je les arrose d’huile d’olive ou de coco, je parsème d’estragon et de gingembre râpé,  et hop au four, 20 minutes environ à 150°. Le temps dépend de votre four, vérifier régulièrement, il faut que les légumes soient rôtis. Les feuilles de choux sont à ajouter 10 minutes avant la fin, car leur temps de cuisson est bien moindre que celui des autres légumes.

  • Je prépare ensuite du quinoa noir, mon préféré. Je le rince abondamment pour éliminer toute trace de saponin, un insecticide naturel qui enveloppe la graine, la rend amère et la protège des oiseaux et des insectes.
  • Dans une casserole, je verse le quinoa et presque deux fois son volume d’eau, je porte à ébullition, baisse et laisse cuire à couvert et sur feu doux jusqu’à ce que l’eau soit absorbée, soit 10 minutes.
    Je coupe le feu et laisse gonfler à couvert encore 10 minutes : le quinoa sera plus aéré.
  • J’aime bien en préparer une grande quantité que je stocke une fois cuit dans une boite hermétique rangée au frais, ce qui me permet, à tout moment, d’improviser un petit Buddha Bowl 😉

IMG_4983.jpg

Je prépare ensuite le cru  : mes fruits, en égrainant la grenade et en coupant l’orange qui va servir à ma vinaigrette 100% vitamine C…

IMG_4985.jpg

Carottes et fenouil sont râpés…

IMG_4988.jpg

Et la roquette est lavée à grande eau…

Il ne me reste plus qu’à réaliser la sauce avec les ingrédients suivants :

  • 3 cs de tahini
  • 1/2 orange pressée
  • 1 cs de sirop d’agave bio ou de miel
  • 1 gousse d’ail écrasée
  • 1cc de gingembre râpé

Mélanger tous les ingrédients, et diluer éventuellement avec un peu d’eau chaude, en fonction de la consistance souhaitée.

IMG_4990.jpg

Le dressage :

La règle veut que l’on place la céréale au fond, en l’occurence le quinoa, afin de constituer une sorte de « faux plancher », pour pouvoir ensuite disposer les autres ingrédients à la même hauteur, et rendre ainsi le visuel juste parfait.

On dispose selon ses envies, et après avoir ajouté la sauce et les grains de grenade, on saupoudre très généreusement de sésame grillé, ou de lin moulu.

IMG_5004

Il ne me reste plus qu’à sortir mes jolies baguettes chinoises et à me régaler. Encore une fois, manger sainement n’est vraiment pas compliqué. Il suffit d’avoir toujours une céréale déjà cuite au frigo, et un petit stock de légumes frais. On peut utiliser des légumes vapeur à la place des légumes rôtis, les cuire à l’avance, de manière à n’avoir qu’à assembler le tout en rentrant le soir…

Alors lâchez-vous les filles, soyez créatives, et réalisez votre petit bowl de bonheur !

Salade de céleri-rave, mayo vegan et coriandre.

IMG_4589.JPG

Il faut bien l’avouer, les  températures et la pluie de ces derniers jours tendent à nous faire penser, qu’il y a comme une grosse injustice, une escroquerie, un bug quelque part…

Comme si le climat avait décidé d’emprunter l’autoroute en sens inverse, faisant fi des conseils de sécurité, de nos émotions et du calendrier…

Abandonnant vignobles et potagers au pain sec et à l’eau, plus ou moins gelée et « serial modeuses » aux complaintes habituelles du « ché plus comment m’habiller moi »…

Restons positives, les filles, le plus dur est passé, nous avons gravi l’hiver, ses pics de neige, vent et froid, ce ne sont pas quelques petites giboulées commandées par de pauvres Saints de glace et autres cavaliers, qui n’ont rien de mieux à faire que de tenter de nous ramener l’hiver, qui vont nous mettre le moral en vrille.

Non, l’été ne devrait plus être bien  loin, et puis il y a des signes qui ne trompent pas, comme :

  • quand ta collègue de co-working n’a plus que 3 mots dans son vocabulaire : salade, détox et maillot,
  • lorsque ta salle de sport devient ta deuxième maison,
  • lorsque tu as délibérément mis manteaux, bottes, écharpes et bonnets sur messagerie, refusant de les réveiller sous aucun prétexte.
  • lorsque ton écran d’ordi se met à afficher spontanément des plages de sable blanc et des eaux turquoises à l’autre bout du monde,
  • lorsque des billets d’avion stationnent en double file sur ton imprimante juste à côté de l’étude de marché que ton boss t’as déjà réclamée depuis 2 semaines…et oui le temps passe vite 😉
  • lorsque tu te surprends à rêver de lâcher prise, de digital détox, de maison au bord de l’eau remplie de rires d’enfants, de « yoga retreats », de massages ayurvédiques, ça, vois-tu, ce sont des signes qui ne trompent pas et qui riment avec summer, estate, verano, été, quoi !

Alors pour patienter encore quelques milligrammes, un petit légume d’hiver, assaisonné en mode soleil va nous servir de transition, de passage initiatique vers des climats meilleurs,  des déjeuners au jardin et autres moments de grâce.

Le synopsis : Une petite racine pas top modèle pour un radis, mais aux vertus insoupçonnées, « la beauté ne se mange pas en salade », me direz-vous, des carottes juteuses et colorées, pour faire grimper la mélanine, en cas de rencontre éclair avec le soleil, et une mayo vegan toute en trompe l’oeil pour aimer sans perdre la raison, à moins de 30 jours du maillot de bain, faudrait pas s’égarer non plus…

Le résultat : Un petit moment léger, crunchy, coloré et frais, à emprisonner dans une lunch box pour un déjeuner dedans-dehors en solo, ou entre copines, ou à semer au jardin pour déclarer ouverte la saison des buffets, et nous mettre les papilles en mode « fête » toujours sans se prendre la tête.

La récap :

  1. LE CELERI-RAVE :

Ses vertus diurétiques et désinfectantes ne sont pas très connues, probablement car la petite boule réserve son secret à celle qui ira au-delà de sa carapace ferme et terreuse pour rencontrer le petit coeur tendre qui se cache à l’intérieur…

Ce légume oublié affiche seulement 23 kcal pour 100 grammes, composé à hauteur de 88% d’eau, sa racine n’est pas avare en glucides, protéines, lipides,  fibres, vitamines, antioxydants minéraux et oligo-éléments, fer, potassium et manganèse.

C’est un légume anti :

  • rhumatismes,
  • maladies pulmonaires,
  • calculs rénaux et insuffisance hépatique
  • déminéralisation.

Ses bienfaits son nombreux :

  • Des chercheurs ont démontré que des extraits de céleri-rave contenaient des polyacétylènes, des composés qui détruisent certaines cellules cancéreuses in vitro. Ces résultats sont préliminaires et d’autres études devront être réalisées pour en connaître davantage sur la relation pouvant exister entre la consommation de céleri-rave et le cancer, mais c’est déjà porteur d’espoir, non?
  • Il semblerait aussi que le céleri rave inhibe la perte de masse osseuse . A cela on y ajoute nos fameuses petites graines de fenouil, qui elles aussi bossent dans la consolidation osseuse et du coup, l’ostéoporose ? même pas peur !

2 – LA CAROTTE :

Outre le fait de nous rendre aimable, mais ça c’est fait 😉 c’est une amie, pour nous les filles, jugez par vous-mêmes :

  • Bonne pour la peau
    Puissant antioxydant, le bêta-carotène ralentit le vieillissement et améliore l’état de la peau. De plus, il favorise la cicatrisation.
  • ​Anti cholestérol
    Riche en anti-oxydants, la carotte réduirait le mauvais cholestérol, protégerait les poumons et le cœur contre les maladies cardiovasculaires et certains cancers. Riche en vitamines, elle participe également à la production de globules rouges qui apportent de l’oxygène à toutes les cellules du corps.
  • Bonne pour la ligne
    Extrêmement riche en vitamines, la carotte est une incontestable alliée minceur. A préférer crue, car cuite elle développe un indice glycémique un peu plus élevé, avec ses 33 calories pour 100g pas de raisons de s’en priver.
  • Bonne pour la vue
    Et en particulier pour la vision nocturne. Riche en vitamine A, essentielle à la vision, la carotte peut diminuer les risques de dégénérescence et de cataracte.
  • Bonne pour le foie
    En apportant à l’organisme une dose de sucre naturel, la carotte régénère le foie.
  • Bonne pour les os
    Grâce à son impressionnant taux de vitamines A allié à son fort taux de phosphore, la carotte renforce les os et les dents.
  • Pour faire face au soleil
    La carotte augmente notre résistance aux ultra-violets. De quoi nous permettre d’avoir un joli teint et de prolonger notre bronzage au retour de vacances!

3 – LA CORIANDRE : On aime ou on déteste, et il parait que cette attraction plus ou moins forte serait génétique et dépendrait des traditions culinaires du pays où l’on est né, moi j’adore, et apprécie ses vertus positives et bienfaisantes :

• Décontamination de métaux toxiques
• Stimulation de la digestion, atténuation des crampes d’estomac ainsi que du  syndrome du colon irritable.
• Élimination des formes de fermentation intestinale et des infections gastro intestinales.
• Elle favorise un bon métabolisme des hydrates de carbone, d’où un moyen efficace de lutter contre l’obésité.
• Elle agit comme un relaxant musculaire en soulageant l’anxiété.
• Elle possède de nombreuses propriétés antioxydantes et antiseptiques.

Et en plus sa saveur, que ses détracteurs associent parfois à du « savon » apporte une fois de plus, la preuve que tous les goûts sont dans la nature !

Ce qu’il me faut pour un grand plat (4 personnes environ) :

IMG_4571.jpg

  • 1 boule de cèleri-rave
  • 4 carottes
  • 1 bouquet de coriandre
  • quelques cacahuètes non salées

Pour la mayo vegan :

  • 2 c à soupe de purée de cacahuètes
  • 1 c à soupe d’huile d’olive
  • 2 c à soupe de lait de riz (ou autre lait végétal)
  • 1 cs de gingembre râpé
  • 1 cc de graines de fenouil moulues
  • sel, poivre

C’est parti !

IMG_4574.JPG

IMG_4575.jpg

J’épluche lave et taille en gros cubes les légumes et les place dans un robot pour les râper ou les émincer façon brunoise grossière.

Je prépare ensuite la sauce, en mélangeant tous les ingrédients qui s’y rapportent, c’est à dire la purée de cacahuètes, à ne pas confondre avec le beurre de cacahuètes qui parfois est sucré, le lait de riz, l’huile d’olive, le gingembre râpé, les graines de fenouil en poudre, je remue, un tour de moulin à poivre et sel, et j’ai fini !!!

IMG_4576.jpg

Et voilà, trop facile, non ? Il ne reste plus qu’à procéder à l’assemblage, des crudités et de la sauce, selon votre goût de parsemer (très) copieusement de coriandre et de cacahuètes concassées et préalablement torréfiées.

IMG_4584.JPG

On peut en faire une petite entrée légère, et vegan ou un accompagnement à un plat de viande ou poisson, selon vos choix alimentaires et vos envies…

Et comme c’est vite préparé, il reste du temps pour un petit shopping maillot de bain 😉

Totalement addict du bocal…

IMG_2858.jpg

Aujourd’hui pas le temps de déjeuner, mais hors de question de zapper le repas car c’est bien connu, mettre son organisme en mode « famine », c’est prendre le risque qu’il nous le fasse payer à la moindre occasion.

Comment ? Et bien en stockant en douce toutes les calories ingurgitées au repas suivant. Et du coup,  FBI (Fausse Bonne Idée) car on obtient le résultat inverse de celui escompté…

Donc, the best solution c’est le yummy bocal. Il conserve dans sa mini tour de verre, du green, du glam, des vitamines, des sucres lents, des protéines, tout ce qui nous fait du bien et nous permet d’aborder la réunion de 15H30 en mode « warrior », ou la sortie des classes en mode « cool mum ». Et en plus avec le bocal, pas de risque de mise en examen pour migration d’éléments indésirables vers nos aliments (bisphénol and co…) tu vois de quoi je veux parler…puisque le verre c’est safe et hygiénique. Tu peux le préparer la veille au soir, et donc envolées les excuses en papier qui te parachutent pile poile sur le sandwich ou la  viennoiserie …

C’est quoi l’idée au juste ?

Le concept : réaliser un plat complet, fait maison, gourmand et équilibré, à base de produits « healthy » et bio de préférence, que l’on peut promener partout, du bureau à la salle de sport… Solution éco-friendly, économique, et zéro déchet, puisque le bocal peut être lavé et réutilisé à l’infini. Si tu voyages ou si tu ne peux pas le réfrigérer il vaut mieux n’y mettre que du green pas de protéines animales (viande, poisson, oeufs)  c’est plus sûr.

En plus, comme c’est coloré, fun et bien rangé, on se fait d’abord plaisir avec les yeux, mettant immédiatement notre cerveau en mode happy.

Le centre de l’appétit et de la satiété est l’hypothalamus, une glande située dans notre cerveau. La sensation de rassasiement intervient lorsque le cerveau reçoit des signaux qui peuvent être de plusieurs ordres

  • sensoriels, des récepteurs intrabuccaux permettent de ressentir l’aspect, l’odeur, la texture et le goût de l’aliment et vont envoyer au cerveau un influx nerveux,
  • digestifs, l’entrée des aliments dans l’estomac provoque la distension de celui-ci qui va lui aussi transmettre un message au système nerveux central.

Voilà à quoi ressemble un mécanisme normal et bien huilé. Mais parfois, il arrive que les émotions prennent le contrôle de notre mental, engendrant frustrations et troubles du comportement alimentaire.

On ne mange plus pour calmer une faim, ou faire le plein d’énergie, mais pour atténuer un état de mal-être. Il faudra alors que l’aliment lui-même, son goût ou son aspect, soient suffisamment inspirants pour produire un effet antalgique. Autant éliminer de suite les aliments que l’on s’oblige à manger juste parce qu’ils sont censés être bons pour nous, comme les o% plaisir, qui suppriment la faim, oui, mais laissent béant l’abime creusé par nos émotions négatives. Même chose pour les aliments mangés sous l’emprise de la culpabilité, du genre « je mange des frites au lieu de manger des épinards…Oh my God, je vais être énorme, même mes enfants ne me reconnaîtront plus…Pas de panique, ils te reconnaitront…quoiqu’il arrive, et un healthy faux pas n’a jamais mis qui que ce soit à terre, même Gwyneth Paltrow, la reine de la macrobiotique avoue manger un steak saignant et des  « french fries » de temps en temps…Donc maintenant que tu sais que rassasiement rime aussi avec plaisir, tu comprends pourquoi choisir des aliments triés sur le volet c’est bien, mais les mettre en scène dans un joli bocal c’est mieux 😉

Sais-tu que l’on démarre la digestion en sécrétant des enzymes provoquées par la vue, l’odorat et le toucher avant même toute ingestion ? ça vaut peut-être le coup d’y penser avant de se précipiter sur un Big Mac, non?

 » C’est une question de transfert de sensations », analyse le psychologue Charles Spence, professeur de psychologie expérimentale à Oxford. » Nos goûts changent selon la couleur des aliments ou des assiettes. On fait un transfert d’émotions, de ce que l’on ressent devant la présentation artistique jusqu’à l’expérience gustative. »

Utiliser un contenant original, soigner la présentation, est aussi un bon moyen, d’après le psychologue, de nous mener vers une alimentation plus saine.

Il est vrai que si tu prends la peine de te préparer un happy bocal, ce n’est pas pour y transporter du saucisson, du pâté ou des rillettes… Un bocal préparé avec amour invite forcément à être sélective sur le choix des ingrédients à tendance veggie, et à plus de conscience au moment de la dégustation.

La présentation implique une logique, une démarche volontariste et créative, une mini oeuvre d’art, véritable petit musée sous verre. Le « beau » est là, à portée de fourchette.

C’est alors le moment de convoquer tous tes sens, pour manger en pleine conscience,  et non sur un coin de table en likant les photos de vacances de ta collègue de bureau sur FB depuis ton smartphone.

As-tu déjà essayé d’observer les formes, les couleurs, les transparences, les brillances, les odeurs. D’être  attentive à la texture et aux saveurs de la première bouchée,  qui évoluent à mesure que tu  mastiques…C’est une expérience incroyable.

IMG_2897.jpg

Mais préparer un petit bocal ne veut pas dire, y déposer vite fait bien fait, n’importe quoi n’importe où. Non, les lois de la physique nous imposent des règles…et comme à l’école, un jour de photo de classe, on va placer les plus grands  au fond, et les plus petits devant…Pour ne vexer personne, traduisez les plus « lourds » au dessous et les plus « légers » dessus…Normal, c’est une question de bon sens, si l’on veut préserver nos petites herbes volatiles et fragiles, mieux vaut ne pas les coincer  sous une épaisse couche de lentilles ou de riz brun 😉

IMG_2872.jpg

Comment procéder ? 

  1. Des céréales ou légumineuses (lentilles, quinoa, flocons d’avoine, orge, riz noir, fèves, haricots, lentilles, pois cassés, pois chiches…) autrement dit, le camp des protéines végétales,  tout au fond de mon bocal. L’association des 2 (céréales+légumineuses ) remplaçant aisément la viande, le poisson ou les oeufs.En plus on fait le plein de fibres, minéraux, vitamines et énergie.
  2. Puis, selon ton goût et ton idéologie, des protéines animales (blanc de poulet, dos de cabillaud vapeur, saumon frais poché, saumon fumé, jambon blanc, crevettes, crabe, thon au naturel…) moi j’ai choisi des crevettes, que j’ai fait tremper dans de la crème de coco, mmm….
  3. Ensuite des oléagineux, indispensables instruments de « crunchynisation » de toute recette healthy qui se respecte. J’appelle donc les noix, noisettes, amandes, pistaches, noix de cajou, graines de courge ou de tournesol, et ma favorite du moment la graine de chanvre, qui possède un crunchy incomparable et un taux très intéressant de protéines…Avec elles, on fera le plein de minéraux et oligo-éléments comme le magnésium, un anti-stress naturel!
  4. Les fruits secs, sont en option, mais si tu les invites ils feront, à coup sûr, vibrer tes petits bocaux, de couleurs et de bonne humeur. Pense aux baies de goji, cranberries, grenades séchées, abricots secs,  qui cela dit en passant avec leur faible taux de sodium et leur richesse en potassium aideront à lutter contre la rétention d’eau…Riches en bons glucides ils nous éviteront de grignoter tout l’après-midi, et empêcheront le rush vers le placard à gâteau à 16H…le quoi? connais pas 😦
  5. N’oublie pas les légumes que tu peux  choisir crus ou vapeur, voire même rôtis. Et là ils sont tous les bienvenus : carottes, fenouils, radis noir, concombres, tomates, avocats, céleris, potimarrons….
  6. Une petite touche d’herbes : coriandre pour aider à la digestion, persil, pour la vitamine C, estragon,  menthe, stimulante et antiseptique, spiruline, quelques feuilles de roquette et des graines germées pour finir tout en légèreté.

Et enfin la vinaigrette :

Idéalement il faudrait pouvoir la mettre dans un petit pot en verre (style mini confiture) pour l’ajouter au dernier moment, évitant ainsi de ramollir les herbes et salades, mais si tu ne peux pas faire autrement dépose ta vinaigrette tout au fond du bocal avant les céréales.

Je te propose une petite vinaigrette gingembre mais n’importe quelle sauce fera l’affaire, tout dépend de tes goûts, et des ingrédients que tu auras choisi d’y loger. En fonction de la taille de ton bocal 2 cs de vinaigrette devraient suffire. Dans un blender tu mixes :

  • 1/2 échalote épluchée
  • 1 cs de vinaigre de cidre
  • 1 cs de miel
  • 2 cs d’huile de sésame
  • 1 cm de gingembre frais
  • sel/poivre

Et voilà, de quoi napper ta salade.Il ne reste plus qu’à bien secouer le bocal, après l’avoir vissé, bien sûr 🙂

IMG_2870.jpg

Sur le même principe tu peux décliner ton happy bocal en version fruitée, en y rangeant tes fruits préférés, pour un joli dessert healthy et yummy.

IMG_2906.JPG

IMG_2910.jpg

Manger d’abord avec ses yeux permet de temporiser, d’écouter ses émotions, « repérer le tonnerre avant qu’il n’éclate » (Alexandre Jollien)… se laisser aller à plus de bienveillance envers soi-même.

Shoppez vos petits bocaux par ici :

https://www.thecoolrepublic.com/cuisine/boisson/pot-mason-jar-house-doctor?

http://www.maisonsdumonde.com/FR/fr/produits/fiche/bocal-en-verre-blanc-h-18-cm-sugar-157170.htm

https://www.amazon.fr/fourchettes-jetables-biodégradables-compostables-longueur/dp/B0026RZ98S

crédit photos : Lisa Berrocal.