Crème douceur, avocat et cacao cru…

dsc_0348-1.jpg

Parfois la nourriture agit comme un pansement.

Pansement émotionnel aux visées compensatoires en période de turbulence, stress, frustration, ennui ou mal-être…

On mange, et à fortiori on mange sucré pour se rassurer, se faire plaisir, installer une sorte de petite bulle entre nous et le monde, kit de premier secours face à des émotions qui nous submergent et que l’on n’est pas en mesure d’accueillir.

Ce n’est donc pas l’aliment que l’on recherche mais ce qui se cache derrière lui, son effet « doudou ». Anesthésier, le temps d’une cuillerée, un trop plein d’émotion qui nous grise et nous fait perdre l’équilibre.

En théorie, la solution consisterait à apaiser l’esprit, dissiper l’anxiété, les peurs, les angoisses, pour retrouver la pleine et consciente sensation de se nourrir avec raison et plaisir, et non de remplir un vase dont on ne perçoit plus le fond.

Et c’est justement l’acte de conscientiser ce que l’on avale qui nous ramène à nos propres sensations, à ce plancher de satiété, confortable et rassurant.

Mais si la théorie semble accessible, la pratique s’avère, elle, plus héroïque…

Comment éviter ces pensées limitantes qui nous tricotent un scénario si lointain de la réalité? Notre mental, sait parfaitement cloner le réel, à tel point qu’il nous bluffe et nous rend prisonnier de ses injonctions …

Par un ancrage à sa respiration, on peut laisser le souffle conscientiser, calmer les émotions et comprendre quelles sont les circonstances, les pensées, qui ont provoqué cette surcharge émotionnelle.

Puis, tenter de la désamorcer en remontant lentement la rivière à contre-courant en changeant d’itinéraire. Sortir du cadre, pour affranchir l’esprit de ses ruminations, briser le bocal, et ressentir enfin le bonheur de nager hors du lagon.

Laisser infuser ses idées dans une eau propre, fraîche et cristalline…

Et si l’appétence subsiste c’est qu’elle était « envie » et non « besoin ». Dans ce cas ouvrir grands, portes et fenêtres, et céder joyeusement et sans le moindre jugement à l’appel du chocolat, version crème,  savoureuse et  légère.

Celle-ci se prépare le temps d’un battement d’ailes de papillon et se déguste avec plaisir et conscience.

Douce et veloutée, aux accents épicés très cacao, sans la moindre petite lichette de sucre, de mauvaises graisses, ou de lait de vache, que l’on pourra agrémenter de jolis fruits de saison bien mûrs…

DSC_0351.JPG

Pile poile ce qu’il nous faut pour les jours d’énergie dans les tongs,  car le cacao cru augmente le taux de sérotonine, hormone du plaisir, stimulant ainsi optimisme et bonne humeur.

Idem pour la banane qui avec son taux de magnésium au top va compenser notre petit coup de mou.

La Cardamome, quant à elle, est une épice que l’on retrouve dans les plats indiens et asiatiques, elle possède de nombreuses propriété :

  • Aide à la digestion
  • Antiseptique
  • Source de calcium et de magnésium
  • Source de vitamine B2 et B6

Et si à cela on ajoute les bonnes graisses de l’avocat, qui contentent le corps, le coeur et l’esprit, on obtient une recette à tester de toute urgence et à introduire dans notre jolie routine d’été…

DSC_0331.jpg

Ce qu’il me faut pour 4 jolis petits pots :

Du green et rien que du green 😉

  • 1 bel avocat mûr à point
  • 1 banane bien mûre aussi
  • 4 cs de cacao cru en poudre
  • 3 ou 4 dattes
  • 1 gousse de cardamome
  • quelques noisettes torréfiées
  • 1 cc d’éclats de fèves de cacao cru (facultatif)
  • du lait d’amande
  • des fruits de saison (facultatif)

DSC_0384.JPGC’est parti !

  • je coupe l’avocat pour en prélever la chair
  • j’en fait autant avec la banane
  • Je verse joyeusement tout ce petit monde dans un blender en ajoutant les dattes dénoyautées, les grains de cardamome, et le cacao cru.
  • Garder le lait d’amande à portée de main au cas où, tout dépend de la consistance souhaitée.
  • et mixer…
  • puis verser dans de jolis petits bols.

DSC_0273.jpg

Ne pas oublier le topping : quelques fruits frais, ou déshydratés, noisettes, graines, éclats de fèves de cacao cru…

DSC_0387.jpg

On parie que cette petite crème vous fera fondre de plaisir tout l’été ?

 

Confiture expresse sans sucre, aux fraises et graines de chia…

DSC_0110.JPG

L’été n’est plus qu’à quelques brasses, on l’aperçoit déjà au loin, coloré et joyeux.

D’espoir, il devient promesse, de réminiscence, il devient réalité…

Et pour preuve, les températures des jours passés, témoins de sa fougue et de son ardeur à venir nous réchauffer, délogeant un printemps qui, il faut bien l’avouer, avait quelques difficultés à s’affirmer, nous libérant définitivement de la torpeur hivernale dont on ne voyait plus la fin.

Il pose ses valises de soleil et de douceur et d’un trait parvient à éclaircir nos pensées, à recharger notre organisme de sa belle énergie verte qui nous fait tant vibrer.

En hôte bien élevé, il n’est pas venu les mains vides, mais les bras chargés de fruits mûrs à souhait, qu’il fait bon emprisonner dans nos paniers pour les transformer en pure gourmandise …

DSC_0068.JPG

Et celle qui nous vient immédiatement à l’esprit et aux lèvres, c’est la confiture…

Douce et onctueuse, elle collectionne les jolis fruits d’été, dans ses bocaux, pour en faire des bouquet de fragrances colorés, suaves et subtiles.

Même si elle est très addictive nous savons bien qu’il ne faut pas en abuser, car le sucre raffiné, ingrédient souvent majoritaire, à tendance à se cacher derrière les fruits et à faire pencher la balance du mauvais côté ;-(

Mais peut-on réellement se passer de sucre pour la confection des confitures, gelées et autre marmelades ?

Et bien théoriquement non car le sucre agit comme un épaississant au contact de la pectine et de l’acidité des fruits. Bien sûr, on peut en réduire la quantité mais cela aura forcément un impact sur la texture de la confiture qui sera plus liquide.

Autre rôle majeur du sucre: il empêche la prolifération de micro-organismes susceptibles de contaminer le produit. Après ouverture, une conserve avec moins de sucre se gardera ainsi moins longtemps.

Alors que faire ?

Et bien la solution consiste à ajouter un agent gélifiant naturel.

On a pensé à la graine de chia 😉

DSC_0035.JPG

Vous n’avez pas pu passer à côté de cette petite graine magique qui agite la blogosphère depuis quelques temps.

Issue d’une plante que l’on trouve sur les hauts plateaux Mexicains, ses vertus ne sont plus à prouver.

Riche en protéines, en fibres, elle réunit les principaux acides aminés.

Bourrée d’antioxydants, vitamines et minéraux elle a en plus le super pouvoir  d’absorber jusqu’à dix fois son poids en eau.

Et oui, grâce à son mucilage, le chia contient une substance qui gonfle au contact d’un liquide, de quoi sauver une confiture de la noyade, non?

DSC_0100.JPG

Et puisqu’on se jette à l’eau, impossible de ne pas évoquer le bikini et son redoutable « challenge » ! Savez-vous que le chia apporte rapidement une sensation de satiété en occupant toute la place dans notre estomac?

Du coup, la petite graine est largement plébiscitée dans les régimes amaigrissants et devient notre meilleure amie.

Libérées de la dictature du sucre, nous pouvons ainsi profiter de tous les bienfaits gustatifs et nutritionnels des fruits bien mûrs, et réaliser de délicieuses confitures « sugar-free », exception faite d’une petite lichette de sirop de fleur de coco, ou de sirop d’érable pour les irréductibles gourmandes, mais pas plus, d’autant que la fraise est aussi une alliée minceur avec sa faible teneur en calories et sa richesse en nutriments.

De plus, la vitamine C qu’elle contient booste notre système immunitaire et nous fait une jolie peau en activant la formation de collagène.

Ses fibres sont nécessaires à une bonne digestion, et peuvent même atténuer  l’inflammation de l’intestin.

L’acide ellagique et les flavonoïdes qu’elle renferme possèdent des effets antioxydants bénéfiques pour le cœur. Ce sont de puissants stimulants de la santé cardiaque qui neutralisent le mauvais cholestérol sanguin et ont un effet anti-inflammatoire.

Fraises et graines de chia, le duo glamour de l’été 😉

Voici trois confitures élaborées à partir de trois techniques différentes de préparation, à vous de choisir la vôtre.

DSC_0043.JPG

 

1°/ La plus rapide.

Le topic :

  • des fruits, donc des vitamines,
  • des graines de chia, donc des protéines complètes végétales et des oméga 3,
  • et c’est tout !

Oubliez les chaudrons en cuivre, les heures passées à surveiller une cuisson capricieuse, les débordements intempestifs et autres projections brûlantes, qui, il faut bien l’avouer, font parfois virer ce moment culte en scène de cauchemar.

Oubliez.

Ici pas de cuisson, on est à même de profiter des vertus de chacun des ingrédients puisque non chauffés, ils ne perdent rien de leur potentiel nutritionnel, et c’est tant mieux.

Bien sûr les déclinaisons n’auront de limites que votre imagination et la saison.

On l’agrémente d’infusions de verveine, d’hibiscus, de rose, pour apporter une effluve subtile, et on n’oublie pas les épices pour rehausser le goût.

Ce qu’il me faut pour un petit pot de confiture :
DSC_0057.JPG
  • 1 tasse de fraises
  • 1 cs de graines de chia (à adapter en fonction de la consistance souhaitée)
  • 1 cs d’eau ou d’infusion d’hibiscus
  • une pincée de vanille en poudre
  • une pincée de gingembre en poudre
  • Sirop de fleur de coco ou sirop d’érable (en option)
C’est parti !
DSC_0080.jpg
  • Passer au robot les fruits pour les réduire en purée.

DSC_0081.jpg

  • Ajouter les graines de chia et l’eau ou l’infusion ainsi que les épices.

DSC_0082.JPG

  • Bien mélanger.
  • Mettre le tout dans un pot en verre.
  • Placer le pot au réfrigérateur pendant 20 minutes.
  • C’est prêt!

Vous pouvez déguster votre jolie confiture sur une tartine ou sur un yaourt de coco 😉

DSC_0158.JPG

2°) La version « pressée à froid » :

L’idée c’est de presser les fraises à froid à l’aide d’un extracteur, afin de se débarrasser des fibres et petites graines, pour obtenir un jus, digeste et mieux assimilable par notre organisme.

En effet, quelques minutes suffisent pour retrouver tous les bienfaits des aliments pressés à froid dans le sang, avec un minimum d’effort et de travail de la part du système digestif.

Contrairement à la centrifugeuse dont la grande vitesse de rotation (15000 tours/minutes), détruit les enzymes et une bonne partie des vitamines, l’extracteur de jus, du fait de sa faible vitesse de rotation (moins de 80 tours/minutes) préserve intacts toutes les vitamines, enzymes et nutriments.

Ici on obtiendra une confiture sans morceaux, lisse et légère.

Ce qu’il me faut  pour un petit pot :

DSC_0072.jpg

  • 200 ml de fraises fraichement pressées à l’extracteur de jus
  • de l’eau de coco, ou de l’eau de fleur d’oranger
  • 2 cs de nectar de fleur de coco ou de sirop d’agave (option)
  • 4 cs de graines de chia

C’est parti !

DSC_0220.JPG

  • je commence par mélanger le jus de fraises avec l’eau de coco qui va apporter une petite note sucrée, et le nectar de fleur de coco ou le sirop d’agave.
  • j’ajoute mes petites graines magiques
  • je mélange bien pour une parfaite homogénéité
  • j’attends 30 minutes et c’est prêt

DSC_0230.JPG

Ces confitures « crues » sont à déguster rapidement pour profiter de leurs vitamines et de tous leurs bienfaits, mais on peut les conserver jusqu’à 5 jours au frais.

3°) La version « hot » cuite en 15 minutes !

DSC_0065.JPG

Disons que c’est celle qui se rapproche le plus de la confiture traditionnelle, puisqu’elle fait appel à la cuisson. Mais la cuisson est expresse et le résultat in-ra-ta-ble 😉

Ce qu’il me faut pour 2 bocaux :

  • 300 g de fraises
  • 3 cs de graines de chia
  • 2 cs de sirop d’érable ou de sirop d’agave ou de nectar de fleur de coco
  • 2 cs d’eau ou d’infusion fruitée
  • épices au choix

C’est parti !

  • Laver les fraises puis les couper et les mettre dans une casserole avec l’eau ou l’infusion. Porter à ébullition et laisser réduire à feu doux pendant 15 minutes.

DSC_0136.JPG

  • En fin de cuisson ajoutez le sirop d’érable et les graines de chia et éventuellement les épices
  • Versez la confiture dans un bocal
  • Laissez refroidir au réfrigérateur

DSC_0201.JPG

C’est tout !

DSC_0245.jpg

Voilà de se régaler sans culpabilité 😉

Vous remarquerez que les couleurs et les textures varient légèrement.

Avec ou sans morceaux, avec ou sans cuisson…

E et vous, quelle sera votre version préférée ?

DSC_0094.JPG

 

 

Le brownie patate douce gingembre…

DSC_0053.JPG

DSC_0078.JPG
La betterave aussi a le vent en poupe, elle électrise les desserts de sa couleur violette, et leur apporte une texture « so creamy », avec en prime un petit goût sucré à tomber !
Ajoutée en purée aux diverses préparations, elle permet de réduire de moitié la quantité de beurre et de sucre. Ce n’est pas rien !
La patate douce, quant à elle ne manque pas d’imagination pour investir l’espace, nous prêter un peu de son goût sucré, et surtout de sa texture onctueuse sans égal, pour faire de chacun de nos gâteaux, des moments de fête et de joie…
Intéressante d’un point de vue nutritionnel, elle déborde de minéraux tels que le cuivre ou le manganèse, pour booster nos enzymes et favoriser la digestion. Elle possède également de bonnes vertus antioxydantes pour protéger notre système immunitaire…
Une fois cuite à la vapeur, et réduite en purée, 100g de patate douce correspondent  à environ 100g de farine.
Nous allons vérifier que la dame tienne bien ses promesses, à travers un petit brownie vite fait, addictif et déculpabilisant à la fois, vous me suivez?
DSC_0178.JPG

Ce qu’il me faut :

DSC_0027.JPG

  • 500 g de patates douces
  • une douzaine de dattes Medjoul dénoyautées
  • 80 g de poudre d’amandes
  • 80 g de poudre de coco
  • 100 g de farine de sarrasin
  • 1 cc de cannelle ou de vanille en poudre
  • 3 cs de nectar de fleur de coco ou de sucre de canne intégral
  • 4 cs de poudre de cacao cru
  • 1/2 mug de noix et amandes grossièrement coupées.
  • 2 cs de gingembre confit (facultatif)

C’est parti :

DSC_0049.JPG

  • Je commence par peler les patates douces et après les avoir détaillées en cubes, les fais cuire à la vapeur douce (95°) jusqu’à ce qu’elles soient moelleuses.
  • Je les mixe ensuite avec les dattes. Petite précision sur le nombre de dattes, la quantité est donnée à titre indicative, si vous aimez plus ou moins sucré adaptez…
  • J’incorpore ensuite les autres ingrédients, le gingembre confit détaillé en petits morceaux et les noix ou amandes grossièrement coupées…
  • Laisser le tout au four pour 20 à 30 minutes à 160°, il faut que le brownie reste moelleux mais cuit, vérifiez en introduisant une lame de couteau qui doit ressortir propre.
  • L’étape la plus difficile : laisser refroidir le brownie, je sais, il y a parfois des moments dans la vie, ou les minutes semblent des heures !!!!
  • Enfin, découper en jolies portions gourmandes ….

DSC_0120.JPG

Et régalez-vous !

Il est possible de l’agrémenter de fruits frais pour en faire un vrai moment de bonheur à partager …

Capture d’écran 2018-02-26 à 15.22.46.png

Framboises, mangues, fruit de la passion et kiwi sauront lui tenir agréablement compagnies …

Capture d’écran 2018-02-26 à 15.16.48.png